• 0

    Vivez le 15ième Sport et Collection comme un propriétaire de Ferrari


    Franck

    Connaissez-vous Sport et Collection ? Aussi appelé "500 Ferrari contre le cancer", il s'agit probablement de l'événement réunissant le plus de Ferrari au monde en 2009 ! Tout cela pour une excellente cause : lever des fonds pour la recherche contre le cancer. Avec un plateau vraiment exceptionnel, dont le Shell Ferrari Historic Challenge, comment auriez-vous vécu cet événement dans la peau d'un propriétaire ? Qu'y avait-il de plus que l'année dernière ? Cet événement ne devient-il pas trop gros et ingérable ? Quels sont tous les plaisirs dont vous pouviez profiter ? Qu'est-ce-qui aurait pu vous agacer ?

     

    3643055453_de01d6d369_b.jpg

     

    Le départ groupé : L'année dernière j'étais parti seul de Paris pour retrouver un propriétaire de Ferrari F355 du côté de Loches, près de Tours. Nous avions ensuite pris les petites routes jusqu'au circuit du Val de Vienne. Et ces petites routes sont magnifiques, pour certains villages traversés et pour certains virages qui serpentent à souhait. Un régal ! Cette année je suis parti avec un départ groupé depuis Paris organisé par le site Emotion Auto Prestige. Un départ beaucoup plus tôt que l'année dernière permettant de profiter au mieux de la première journée de ces 15ième Sport et Collection. Et là, c'est très sympa aussi. C'est différent des départs groupés de Ferrari auxquels je suis maintenant habitué. Mais rouler sur l'autoroute avec des Ferrari, Porsche 911, Jaguar XKR, Honda S2000, ... autorise d'autres types de rencontres. Une fois sortis de l'autoroute à Poitiers, j'en ai profité pour retirer le toit de la GTS. Un vrai plaisir de rouler décapoté sur les petites routes de campagne jusqu'au circuit du Val de Vienne. La météo du reste du week-end ne nous permettra malheureusement pas d'en profiter à nouveau. Mais au moins nous aurons goûté à ce plaisir-là aussi.

     

    La qualité exceptionnelle du plateau : Ce quinzième épisode de Sport et Collection était placé sous le signe des trois fois 500 : 500 Ferrari, 500 sportives et 500 anciennes populaires ! Dans les faits, il y aurait eu près de 530 Ferrari. Parmi les autos exceptionnelles, la Pagani Zonda R qui m'a vraiment impressionné. Je vous avais raconté ma visite de l'usine Pagani en juillet dernier. Mais c'était la première fois que j'admirais une Pagani sur circuit. Pas n'importe laquelle, mais la toute dernière de la lignée Zonda, une vraie bête de course. Quatre Pagani étaient présentes en tout dont deux apportées par l'usine, avec la présence d'Horacio Pagani en personne. Dans l'exceptionnel, j'ai noté aussi une Gumpert Apollo rouge, plusieurs Ferrari Enzo, Ferrari F50 et Ferrari F40. Des Ferrari F40 LM et une Ferrari 288 GTO. La toute dernière Lamborghini roadster LP 650-4, plusieurs Ferrari 599 GTB HGTE qui viennent tout juste de sortir, une Maserati MC 12, une Aston Martin DBS, des Venturi 400 GT ... Mais c'est très loin d'être exhaustif. Et je ne vous parle même pas du plateau des anciennes, en particulier les Bugatti qui fêtaient les 100 ans de la marque, ni les Ferrari du Challenge Historique, ni les Formules 1, ou les prototypes du Mans ...

     

    Les sessions sur la piste : cette année je m'étais inscrit dans les sessions N.A.R.T. au lieu des sessions Filipinetti comme l'année dernière, destinées aux propriétaires qui n'ont pas l'habitude du circuit. Je venais alors juste d'acheter la Ferrari F355 et je souhaitais la découvrir tranquillement sur circuit. De mon point de vue, les sessions se sont déroulées, une fois sur la piste, aussi bien que l'année dernière. Pas trop de monde sur la piste. Des conditions aussi bonnes voire meilleures que sur le circuit F1 de Magny-Cours lors des Ferrari Owners Days. La différence vient des quelques voitures de course qui tournent en même temps, beaucoup plus vite, et auxquelles faire attention. J'ai éprouvé beaucoup de plaisir à tourner sur ce circuit, en particulier lors des sessions tôt le matin ou tard le soir, lorsqu'il faisait moins chaud. La première session du vendredi m'a permis de reprendre mes marques sur la piste, en particulier pour optimiser les enchaînements de virages. C'est ensuite le samedi soir, après le rallye, et le dimanche que j'ai le plus apprécié mes sessions. Le dimanche soir, il y a peu de monde sur la piste et de nombreux baptêmes restent à réaliser. Sans doute les conditions idéales pour faire plaisir et se faire plaisir. Si vous rentrez comme moi ensuite sur Paris, rester aussi tard permet d'éviter les embouteillages et d'être chez vous avant minuit. Une option que je vous conseille si vous avez moins de quatre heures de route.

     

    Les baptêmes sur circuit : Toujours le même plaisir, comme l'année dernière, à embarquer des personnes pour des baptêmes. Pour la majorité, ces personnes ne sont jamais montées dans une Ferrari. Elles ont plus de chance que moi : je n'étais jamais monté dans une Ferrari sur route avant d'en acheter une. Leurs propos et leurs visages démontrent qu'ils ont conscience d'avoir vécu un grand moment dont ils se souviendront longtemps. Leurs remerciements répétés avant de se quitter le confirment. Certains me cherchent même ensuite sur le paddock pour retrouver ma Ferrari, discuter encore quelques instants et prendre des photos souvenirs. J'ai conscience que ce sont des expériences qui peuvent transformer des vies : l'inaccessible devient accessible, des sensations inconnues apparaissent, des vocations peuvent se créer, le plaisir de l'expérience est prolongé par le récit, les photos, les vidéos montrées à l'entourage. Les mots qui reviennent le plus souvent dans les discussions sur leur ressenti sont : une accélération impressionnante, qui n'en finit pas, le son d'une voiture de course jusque 8 500 tours/min, ainsi que l'accroche dans les enchaînements de virages.

     

    La visite des paddocks : en tant que participant avec un accès piste, les paddocks situés au bord de la pitlane sont accessibles à certains moments. Un moment privilégié qui permet de voir les voitures de course de très près. Un moment inoubliable quand les équipes testent et font chauffer un moteur de Formule 1 Ferrari avant de tourner sur piste. Lors des courses du Shell Ferrari Historic Challenge, ainsi que lors des sessions des Formules 1, la pitlane et les stands sont interdits pour d'évidentes raisons de sécurité et pour respecter les règlements internationaux. Une condition sinequanone pour que le circuit du Vigeant puisse attirer de tels événements. Ne pas respecter ces consignes signifierait perdre l'accréditation obtenue. Ces paddocks offrent une diversité très intéressante de voitures de course, depuis les Ferrari de compétition des années 50 courant dans le Challenge Historique jusqu'aux Formules 1 de 2006, en passant par les prototypes du Mans, Inaltera et Pescarolo par exemple, ou des Lamborghini Murcielago et Gallardo de course.

     

    Le rallye du samedi : Pour ma première participation au rallye du samedi, je n'ai pas été déçu. Je m'y étais plutôt inscrit pour ma copilote, afin de lui offrir plus de diversité que 3 jours autour d'une piste de circuit. Au final j'ai passé une excellente journée bien organisée. L'accueil était partout sympathique, dès le départ, avec un speaker détaillant chaque modèle participant. L'apéritif et le déjeuner étaient de qualité et proposés dans de magnifiques châteaux. Les questions posées pour classer les participants permettaient de découvrir toute la diversité de la région traversée. Le roadbook était un modèle du genre. Impossible de vous perdre. Le retour sur le circuit vers 17 heures, au moment de la plus forte affluence, implique que les places de parking étaient devenues très rares, mais il s'agit bien du seul petit soucis rencontré. La météo n'était pas au plus beau, mais nous avons eu de la chance. La pluie tombait le plus souvent lorsque nous roulions et s'arrêtait lors des points d'arrêts. Mon moment préféré restera après le déjeuner car les voitures participantes se suivaient. Une rare occasion de rouler avec autant de voitures de légende, derrière une Ferrari 250 Passo Corto par exemple, puisque les anciennes sont privilégiées pour ce rallye.

     

    Le Shell Ferrari Historic Challenge : pour la première fois cette année, grâce aux nouvelles normes auxquelles répond le circuit du Val de Vienne, Sport et collection pouvait accueillir le Shell Ferrari Historic Challenge. Il s'agit d'une compétition regroupant tous les modèles historiques Ferrari de compétition. Vous avez la chance de voir se battre les Ferrari de course des années 50 jusqu'aux années 90, avec la participation des Ferrari F40 LM. Les autos que j'ai trouvées les plus impressionnantes dans cette compétition étaient les Ferrari BB 512 LM. Un bruit énorme et de la colle sur les pneus dans les enchaînements de virages. Un look incroyable laissant apparaître ses dessous pour une aération optimale du moteur. Le week-end était ponctué par les essais puis par la course elle-même. Un grand paddock "Ferrari Clienti" était aménagé pour l'occasion pour recevoir les participants de cette compétition. C'était évidemment un vrai régal de voir tous ces bolides se battre sur circuit.

     

    Le plateau de Formules 1 : il y avait en fait deux plateaux de Formules 1. Un plateau composé des F1 Ferrari clientes, dont la F1 2006 de Felipe Massa ayant remporté le grand-prix du Brésil et la F1 d'Alain Prost. Un second plateau regroupant les Tyrell, Jordan, Renault, ainsi que les Ferrari 333 SP. Voir les Formules 1 Ferrari tourner sur circuit devant moi était une première. Je ne suis jamais allé assister à un grand-prix de Formule 1. Cela reste un de mes rêves. Pour le moment il n'est plus réalisable en France. L'édition 2009 de Sport et Collection était sans doute la seule opportunité pour le grand public de voir plusieurs Formules 1 tourner sur circuit en France cette année. Cette manifestation offre l'avantage de vous déplacer comme bon vous semble au centre du circuit pour voir les voitures sous différents angles. En bout de ligne droite ou dans une enfilade de virages, par exemple.

     

    Le moment dont je me souviendrais le plus longtemps, je pense, était de voir la Formule 1 Ferrari de 2006 qui passait encore un rapport après la passerelle située en bout de ligne droite des stands et était ensuite quasiment à l'arrêt 100 mètres plus loin, avant de prendre un virage à 180 degrés. La voir juste en face de moi en pleine accélération puis arrêtée avait à chaque fois quelquechose d'irréel, qui pourtant se reproduisait de tour en tour. Dans le second groupe de Formules 1, j'ai vu également tourner le dimanche matin la Pagani Zonda R. Je l'attendais et je l'ai trouvée très impressionnante. Par sa présence sur le circuit, sa facilité à prendre les virages rapidement, la beauté du son émis, ainsi que parce qu'elle arrivait à doubler les Formules 1 dans les parties sinueuses. Cela peut venir du pilote usine, alors que ces formules 1 sont conduites par des clients fortunés, mais je garderai un excellent souvenir de cette Pagani sur circuit.

     

    La restauration sur place : Un des points que j'apprécie lors de Sport et Collection depuis deux ans est que les petits détails, qui peuvent transformer une belle journée en galère, sont généralement bien traités. Aucun soucis pour accéder à des toilettes relativement propres, ni pour vous restaurer à peu près convenablement pour un tarif correct. J'ai été surpris de faire plus de queue le vendredi midi, quand moins de public était présent, que le dimanche midi juste après la parade Ferrari. Je m'attendais à me retrouver au milieu d'une foule affamée. Finalement le vendredi il y avait moins de personnel prévu pour servir. Mais l'attente n'a jamais été trop longue et le tout reste cordial. Par exemple, une barquette de frites pas assez cuites a été reprise sans difficulté en échange d'une autre tout à fait mangeable. Le tout avec le sourire.

     

    Ce qui pourrait être amélioré : Organiser un tel événement avec un tel plateau est très délicat. Réussir à ce que tout se déroule pour le mieux est un véritable challenge et je ne peux que remercier les organisateurs, et les sponsors, de nous proposer un tel événement. Il y a des impondérables comme la météo avec lesquels il faut composer. Il y a toujours des choses qui peuvent être améliorées. Parfois ce sont les participants qui sont les mieux placés pour remonter les point qui les ont le plus gênés. Personnellement je n'ai eu aucun problème lors de mes sessions sur circuit, mais j'ai entendu certains spectateurs se plaindre d'avoir attendu des heures pour effectuer un baptême en Ferrari et finalement ne pas pouvoir le réaliser. D'autre part j'ai entendu plusieurs propriétaires se plaindre de n'avoir pas pu faire monter leur passager lors de certaines sessions, alors qu'ils n'étaient pas informés que seuls des baptêmes étaient possibles. Vous imaginez que pour les organisateurs qui se retrouvent avec des baptêmes à réaliser mais pas assez de voitures pour les effectuer le problème est épineux. Beaucoup de gens risquent d'en ressortir mécontents. Le problème se posait d'autant plus cette année, à mon avis, que la pluie a interrompu l'accès à la piste pendant très longtemps, et que de nouvelles activités, comme le Shell Ferrari Historic Challenge, laissaient encore moins de place pour les baptêmes.

     

    Quelques suggestions : je pense d'une part, qu'il faudrait indiquer de manière claire aux participants quelles sont les sessions avec baptêmes obligatoires et lesquelles sont accessibles avec votre passager. D'autre part, je pense que tous les propriétaires apprécieraient d'avoir le planning du week-end quelques jours avant l'événement. Il permettra de vous organiser à l'avance pour optimiser vos participations aux sessions. Sinon vous regardez la feuille du jour pour vous rendre compte que vous avez raté votre session. AIl devrait être possible d'envoyer un mail aux participants la semaine avant l'événement, quitte à préciser que ce planning est susceptible de modifications de dernières minutes. Je ne pense pas qu'il existe un souci de propriétaires égoïstes qui ne voudraient réaliser que des sessions avec leur passager et aucun baptême. Sport et Collection est une oeuvre caritative, chaque participant est au courant et vient dans cette intention. Les propriétaires qui viennent sont généreux. Tous les événements auxquels ils participent le prouvent : Téléthon, les Promenades du Cavallino, Faits rarissimes, Sport et Collection, ...

     

    Peut-être, et ce n'est qu'une suggestion, que pour résoudre le problème du manque de voitures pour les baptêmes, une solution serait que toutes les sessions soient avec des baptêmes et d'inclure dans le pack des participants des bons pour des sessions avec son passager chaque jour. Ainsi plus de problème lors de l'accès à la piste : j'ai un bon à présenter avec mon passager, je peux passer, je n'ai plus de bon, je dois prendre un baptême. Les participants gèrent leurs bons comme ils le souhaitent. Ces bons devront inclure le numéro de plaque de la voiture et la date du jour, et être récoltés et détruits lors de l'accès à la piste. Deux bons par jour pour son passager me semblent un point de départ correct pour une réflexion plus approfondie. Ce n'est qu'une première idée.

     

    Dernière suggestion : lors des interruptions d'accès à la piste dûes au fortes averses et à l'huile présente sur la piste, il serait bien de prévenir au plus tôt l'ensemble des spectateurs et de les tenir informés régulièrement, tous les quarts d'heure par exemple, du moment auquel l'organisation pense que la piste sera réouverte et avec quels impacts sur le programme initialement prévu. Cela permet aux spectateurs de s'organiser pour profiter des autres activités, au lieu d'attendre très longtemps puis de quitter l'événement car aucune nouvelle n'est fournie. Enfin, certains speakers parlent trop loin du micro et ne sont pas audibles quand ils interviennent pour annoncer la réouverture du circuit. Même si vous êtes placés sous les haut-parleurs.

     

    Un si bel événement méritait un long article. Et quand il n'y en a plus, il y en a encore : à suivre, un article présentant mes plus belles photos du 15ième Sport et Collection en haute définition, si jamais certaines vous plaisent et que vous souhaitez les conserver, puis une vidéo présentant en images toute la diversité de de ces "500 Ferrari contre le cancer". Le mieux pour être certain de ne rien rater reste encore de vous abonner.

     

    Etiez-vous présents à Sport et Collection cette année ? En tant que spectateur ou propriétaire ? Qu'avez-vous le plus apprécié ? Quels sont les points qui pourraient être améliorés de votre point de vue ? Que pensez-vous de mes suggestions ? Y serez-vous l'année prochaine ? Pour moi c'est oui à 200% !

     

    A lire également :

    - 12 raisons pour que vous participiez à Sport et Collection

    - 300 Ferrari contre le cancer, les 2 et 3 juin 2007

    - Les secrets de la réussite des Promenades du Cavallino

    - 30 photos représentatives des “500 Ferrari contre le cancer” en haute définition


      Report Article
    0


    User Feedback


    There are no comments to display.



    Join the conversation

    You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

    Guest
    Add a comment...

    ×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

      Only 75 emoji are allowed.

    ×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

    ×   Your previous content has been restored.   Clear editor

    ×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.