• 4 4

    18+ histoires des plus belles Ferrari à Rétromobile 2024


    Franck

    Pourquoi la marque Ferrari bénéficie-t-elle d'une telle aura, la plaçant au-dessus de toutes les autres ? Les Ferrari que vous découvrez à Rétromobile vous donnent la réponse, en vous permettant de parcourir l'histoire automobile. Quelles étaient les plus belles Ferrari présentes à Rétromobile en 2024 ? Comment connaître leur histoire, passionnante ? Et leur numéro de chassis, primordial, car il permet de suivre leur évolution au fil des ans ?

     

    Une innovation 2024 sur Ferrarista.club va vous aider : les photos de notre visite sur place sont accompagnées des textes descriptifs, traduits, placés à côté des Ferrari sur les stands de Rétromobile. Cela vous permet de vivre Rétromobile comme si vous y étiez. Et si vous y étiez, vous n'avez probablement pas eu le temps de tout lire. Désormais, vous pouvez le faire, assis tranquillement chez vous, pour revivre ces bons moments ! C'est aussi une manière de remercier les stands qui prennent le temps de rédiger ces textes explicatifs pour le grand public, reprenant l'historique de la Ferrai présentée, et d'encourager d'autres stands à le faire également.

     

    Quand vous reverrez une Ferrari présente à Rétromobile en 2024, grâce à son numéro de chassis, vous retrouverez ici de quelle édition de Rétromobile il s'agissait, et dans quelle configuration cette Ferrari avait été présentée. En route pour remonter l'histoire de Ferrari avec Rétromobile ! Car si vous êtes propriétaire de Ferrari, et/ou passionné de Ferrari, vous vous devez connaître cette histoire.

     

     

    Ferrari 512 BB LM - 1981

     

    Ferrari BB512 LM.jpg

     

    Numéro de chassis : 35525

    Stand : Richard Mille

     

    •  V12 à 60°
    • 4.4 litres
    • 352 ch à 7 500 tr/min
    • Boîte de vitesses à 5 rapports
    • Vitesse maximale de 320 km/h
    • Freins à disque

     

    Les modifications de la version LM de la 512 BB impliquaient un allègement ainsi qu'une aérodynamique améliorée à grande vitesse, le moteur a été modifié ainsi que la suspension et le système de refroidissement.

     

    Le chassis numéro 35525 a été vendu à Wide World of Cars Inc. en 1981. La voiture a couru aux 24h du Mans 1981 où elle est arrivée 3e de sa catégorie et 9e au général. La voiture est restée aux États-Unis avant de revenir en Europe au début des années 2000.

     

    Certification Ferrari Classiche pour véhicules d'intérêt historique

     

     

    Ferrari F1 - 312 B 3 - 1974

     

    Ferrari 312 B3.jpg

     

    Numéro de chassis : 014

    Stand : Mécaniques Modernes & Classiques

     

    Spécifications techniques:

     

    Moteur : Type 001/11, V12 180° monté à l'arrière dérivé du 001/1, bloc-cylindres et culasse en alliage léger, chemises de cylindre humides en aluminium, bielles de 112 mm, refroidies par eau Alésage et course : 80 x 49,6 mm Unitaire et Total

     

    Cylindrée : 249,317/2 991,801 cc Taux de compression : 11,5:1 Max. Puissance de sortie : 485 ch à 12 500 tr/min Distribution : 4 soupapes par cylindre, 2 arbres à cames en tête par rangée de cylindres, engrenage entraîné à l'arrière du moteur Alimentation en carburant : injection indirecte Lucas Allumage : bougie unique, décharge capacitive électronique Magneti Marelli Dinoplex Système de lubrification : Carter sec Transmission : Propulsion arrière, embrayage multidisque Borg & Beck, boîte de vitesses 628 arrière longitudinale en porte-à-faux à 5 rapports + marche arrière, en coffret avec différentiel à glissement limité Rapports de démultiplication : variables selon chenilles Châssis : monocoque type 628 en boîte tôle d'aluminium Suspension avant : doubles triangles de suspension, culbuteurs, unités ressort/amortisseur intérieures et barre anti-roulis Suspension arrière : bras supérieur, bras de suspension inférieur, tige de rayon supérieure et barre anti-roulis Freins : disques et étriers Lockheed, intérieurs à l'arrière, séparés circuits hydrauliques, réglables sur les 2 essieux Direction : à crémaillère et pignon

     

    Longueur : 4 335 mm Largeur : 2 056 mm Hauteur : 900 mm Empattement et voie avant/arrière : 2 500/1 625/1 605 mm Poids à vide (avec eau et huile) : 578 kg Pneus avant : 9,0-20,0-13", Pneus arrière Goodyear : 14,0-26,0-13", jantes Goodyear : alliage léger moulé ; avant 10x13", arrière 16x13" Réservoir de carburant : 230 litres, 2 réservoirs latéraux (essence NO 98/100) Carrosserie : Monoplace en aluminium, carrosserie avec éléments en fibre de verre

     

     

    Ferrari 312 PB - 1971

     

    Ferrari 312 PB.jpg

     

    Numéro de chassis : 0890

    Stand : Richard Mille

     

    • V12 à 180°
    • 3,0 litres
    • 500 CV à 12 500 tr/min
    • boîte de 5 vitesses
    • Freins à disque

     

    Ferrari 312 PB Side.jpg

     

    Sport-prototype officiel de la Scuderia Ferrari piloté en 1972 par Regazzoni, Redman, Merzario et Ickx (victoire aux 1000 km de Spa avec Merzario-Redman et aux 500 km d'Imola avec Merzario).

    Modifié pour la saison 1973 et piloté par ickx, Redman, Pace et Merzario.

    Carrosserie spéciale avec prise d'air sur le côté droit de la voiture et conduit d'air moteur au-dessus de l'arceau.

     

     

    Ferrari 365 GTB/4 Daytona "Plexiglas" - 1970

     

    Ferrari 365 GTB:4 Daytona.jpg

     

    Numéro de chassis : 12787

    Stannd : AS Classic Engineering

     

    Détails de Production: 56ème carrosserie par Scaglietti, 54ème sur la chaîne de montage, assemblée entre le 18 et le 28 juillet 1969. Une des 530 plexiglas sur les 1 279 modèles

    Ferrari 365GTB/4 produits.

    Historique: Voiture présentée au Salon de l'Auto à Paris en 1969 sur le stand C.Pozzi.

    Quatrième Daytona importée en France, deuxième chez Pozzi.

     

    Dossier historique complet.

    4 propriétaires.

    Premier Propriétaire : Livrée à un industriel lyonnais, le 19 février 1970 en "Rosso Ferrari".

    Mr. Nicolas père et fils ont pris grand soin de la Daytona, retournant chez Pozzi pour des révisions régulières et des interventions de maintenance.

    Aujourd'hui : Dans la collection du propriétaire actuel depuis 2000

     

    Ferrari 365 GTB/4 - 1970

     

    Ferrari 365 GTB:4.jpg

     

    Numéro de chassis : 13715

    Stand : Richard Mille

     

    • V12 à 60°
    • 4,4 litres
    • 352 ch à 7 500 tr/min
    • Boîte de vitesses à 5 rapports
    • Vitesse maximale de 280 km/h
    • Freins à disque

     

    La Ferrari 365 GTB/4, châssis n°13715, a été livrée en septembre 1970 à Motor S.p.A. - Bologne (Italie).

    En 1972, la voiture fut transformée par William Sala et Giovanni Marverti en une version de compétition Groupe 4. il a participé à plusieurs courses de la saison 72' à la saison 74' , arrivant premier de sa catégorie à la Coppa InterEuropa 74'.

     

    Certification Ferrari Classiche pour véhicules d'intérêt historique.

     

     

    Ferrari 412 Р - 1967

     

    Ferrari 412P.jpg

     

    Numéro de chassis : 0854

    Stand : Richard Mille

     

    • V12 à 60°
    • 4,0 litres
    • 420 ch à 8 000 tr/min
    • Boîte de vitesses à 5 rapports
    • Vitesse maximale de 310 km/h
    • Freins à disque

     

    L'un des quatre produits, vendu en 1967 à Maranello Concessionaires Ltd. qui l'a aligné aux 1000 km de Francorchamps, au BOAC 500 Brands Hatch et aux 24h du Mans de la même année. Elle fut ensuite vendue à l'équipe de course de David Piper participant à de nombreuses courses de 1967 à 1969.

    Après quelques changements de propriétaire ; la voiture a été exportée au Japon puis réimportée en Europe.

    À la fin des années 1990, il est revenu aux États-Unis et a ensuite été vendu aux enchères l'année dernière.

     

     

    Ferrari 365 Р - 1965

     

    Ferrari 365 P.jpg

     

    Numéro de chassis : 0828

    Stand : Richard Mille

     

    • V12 à 60°
    • 4,4 litres
    • 380 ch à 7 200 tr/min
    • Boîte de vitesses à 5 rapports
    • Vitesse maximale de 300 km/h
    • Freins à disque

     

    Prototype sportif officiel de la Scuderia Ferrari pour la saison 1965, vainqueur de la Targa Florio avec les pilotes Bandini - Vaccarella et vainqueur des 1000 Km du Nürburgring avec les pilotes Scarfiotti - Surtees.

    Le 0828 a été successivement converti de 330 P2 à 365 P et vendu à l'Ecurie Francorchamps qui l'a pilotée lors de plusieurs compétitions au cours de la saison 66'.

    La voiture a subi une restauration complète en configuration 365 P en 2016-2018 par Ferrari Classiche.

     

     

    Ferrari 275 GTB - Mars 1965

     

    Ferrari 275 GTB.jpg

     

    Numéro de chassis : 06721

    Stand : Provost Automobiles

     

    • Moteur V12
    • Carrosserie entièrement refaite, en partant du châssis
    • Structure & planchers refabriqués à l'identique, à la main sur marbre
    • Peinture dépolie et lustrée, finition à la main
    • Électricité & partie cycle entièrement restaurée
    • Essais & mise au point moteur
    • Sellerie complète neuve

     

     

    Ferrari 250 LM - 1964

     

    Ferrari 250 LM.jpg

     

    Numéro de chassis : 5901

    Stand : Richard Mille

     

    • V12 à 60°
    • 3,3 litres
    • 320 ch à 7 500 tr/min
    • Boîte de vitesses à 5 rapports
    • Vitesse maximale de 287 km/h
    • Freins à disque

     

    La Ferrari 250 LM était conçue comme une voiture de production limitée, destinée à concourir dans la classe des courses de voitures de sport GT. Cependant, il n'a pas été approuvé et la seule option qui restait était de courir dans la classe des prototypes de haut niveau, contre des voitures de sport faites sur mesure. Néanmoins, le modèle 250 LM obtient des résultats prestigieux.

    Le châssis 5901 a été vendu à Luigi Chinetti Motors Inc. en 1964 aux États-Unis où il est resté avant d'être réimporté en Europe dans les années 1990.

     

     

    Ferrari 250 GT/L Berlinetta Scaglietti - 1963

     

    Ferrari 250 GT L.jpg

     

    Numéro de châssis : 4419 GT

    Stand : Thiesen Automobiles

     

    Premier exemplaire d'une petite série de seulement 350 exemplaires
    Avec un seul propriétaire depuis plus de 44 ans, seulement 85 000 km
    Ferrari Classiche
    Encadrement restauré par "Brandoli" en Italie

     

    Ferrari 250 GTL Interior.jpg

     

    La Ferrari présentée ici est un des premiers exemples d'une petite série de seulement 350 exemplaires. La voiture a été achevée en mai 1963 par la Carrozzeria Scaglietti en tant que 31e véhicule. En août 1967, la voiture fut vendue à Peter Gabriel de New York, aux États-Unis, et resta en sa possession pendant 44 ans. La voiture a été entièrement restaurée à des adresses renommées en Italie selon la documentation photographique disponible.

     

    Une certification Ferran Classiche est livrée avec la voiture.

     

     

    Ferrari 250 GT Lusso Scaglietti Prototype - 1962

     

    Ferrari 250 GT Lusso.jpg

     

    Numéro de chassis : 4053 GT

     

    Fin 1962, Ferrari a lancé son dernier modèle, la Ferrari 250 GT/L, le L indiquant Lusso, qui signifie Luxe en italien. Il s'agissait de sa dernière Ferrari de 3 litres de production et 351 voitures ont été fabriquées entre 1962 et 1964. Un prototype Lusso a été présenté pour la première fois au Salon de l'Auto de Paris, en octobre 1962, et est arrivé sur le nouveau site des Portes de Versailles à mi-parcours du salon, l'avant-dernier jour.

     

    Cette voiture était gris métallisé, avec deux feux arrières de chaque côté. Selon Ferrari Classiche, cette voiture, 4053 GT, était à l'origine grise (grigio) et a été livrée à Franco Britannic Autos (F.B.A.) ici à Paris, en décembre 1962, après avoir été achevée en septembre 1962.

     

    « Car and Driver » en mai 1964 déclarait... « ses proportions approchent de la perfection »

     

    Historien estimé de Ferrari et directeur commercial de F.B.A. dans les années 1960, feu Jess Pourret a correspondu avec le propriétaire actuel, déclarant que la 4053 GT était en fait la voiture du Salon Automobile de Paris et a fourni des détails et des photographies de ses débuts en France, montrant la voiture avec ses quatre feux arrière distinctifs.

    Dans son ouvrage « La légende Ferrari : les voitures de route » de 1980, le très respecté historien Ferrari Antoine Prunet déclare que le prototype Lusso dans les documents marketing et au Salon de Paris est « probablement 4053 GT ».

    D'autres rapports, rédigés plus récemment, suggèrent que l'autre prototype 3849 GT était en fait la voiture du Salon de Paris. Ce prototype serait en cours de reconstruction en Allemagne.

     

    Selon Pourret, la 4053 GT était en France pendant ses 10 premières années et a malheureusement été incendiée à cause d'une arnaque à l'assurance en 1973. La voiture était alors entreposée en Hollande et achetée par un investisseur aux États-Unis dans les années 90, qui s'est ensuite désintéressé du projet.

    Ayant possédé et bricolé plus de 50 Ferrari 250 GT, dont plusieurs Lusso, en 2007, le propriétaire actuel a reconnu l'importance de la voiture et avait la compréhension, l'expérience et les ressources nécessaires pour la restaurer.

    Il a envoyé le bloc moteur original avec les numéros correspondants à Roelofs Engineering pour une reconstruction complète. Il était équipé de pistons à haute compression.

    La voiture a été immatriculée au Royaume-Uni en février 2016.

     

    Moteur

     

    2953cc V12 à 60 degrés tout en alliage, arbre à cames unique par banc. Alésage de 73 mm, course de 58,8 mm.

    Taux de compression 10,6:1. Trois carburateurs Weber légers 40 DCL6 à double starter. Bobines doubles et allumage par distributeur. Bougies d'allumage à l'extérieur du V.

    240 ch à 7 500 tr/min. Couple de 178 lb-pi (242 Nm) à 5 500 tr/min.

     

    Spécifications

     

    EMBRAYAGE : Monodisque.

    TRANSMISSION : manuelle synchronisée à 4 vitesses, traction arrière.

    SUSPENSION : Triangles avant avec ressorts hélicoïdaux et amortisseurs télescopiques. Liaison Watts de la 250 GTO. Pont arrière rigide, bras arrondis, ressorts semi-elliptiques, ressorts à collet coaxiaux et amortisseurs télescopiques.

    FREINS : Disques et étriers Dunlon avant et arrière. Étriers séparés sur les disques arrière pour le frein à main.

    ROUES : Roues Borrani 3801 en aluminium poli équipées de pneus Pirelli Cinturato 185VR15.

    ÉQUIPEMENT : Roue de secours complète avec pneu.

    POIDS : 1020 kg

    VITESSE : 150 mph / 240 km/h, 0-62 mph 6,5-7,5 secondes.

    EMPATTEMENT : 2,4 m (identique à une Berlinetta SWB).

     

     

    Ferrari 250 GT Cabriolet Pininfarina Series II - 1962

     

    Ferrari 250 GT Cabriolet.jpg

     

    Numéro de chassis : 3469GT

    Stand : Car Collector

     

    Détails de la voiture

    Moteur : Ferran Colombo V12 (3,0 L)

    Puissance : 240 CV

    Boîte de vitesses manuelle 4 vitesses

    L'un des designs les plus élégants de Pininfarina

     

    Points forts

    Ce chassls 3469GT, de couleur Griglo Conchigila, se présente en parfait état, certifié par Ferrari Classlche, et prêt à être conduit et apprécié. Aujourd'hui, la Ferrari

    250 GT Serles 2 Pininfarina Cabriolet reste l'une des Ferrari les plus sobres et les plus belles tout en étant une auto très utilisable.

     

     

    Ferrari 250 GT Berlinetta SEFAC Comp. - 1961

     

    Ferrari 250 GT SWB.jpg

     

    Numéro de chassis :  3005GT

    Stand : Lukas Huni

     

    Lorsqu’Enzo Ferrari a commencé à construire des automobiles sous son propre nom en 1948, l’objectif était d’être actif dans la course automobile. Il avait déjà prouvé sa capacité à organiser et à gérer une équipe de course, la Scuderia Ferrari, qui avait dirigé les voitures d'usine Alfa Romeo dans les années trente, ainsi que sa capacité à piloter diverses voitures de course dans les années vingt.

     

    Le succès est venu rapidement pour la nouvelle équipe de Maranello avec des victoires aux Mille Miglia et à la Targa Florio. En 1949, Ferrari remporte à nouveau la Targa Florio et les Mille Miglia, remporte les 24 Heures du Mans et Spa Francorchamps. Et en 1952, Alberto Ascari a remporté le premier championnat du monde des pilotes de Grand Prix. Entre 1953 et 1961, sept des neuf championnats des constructeurs ont été remportés par Ferrari. Ferrari réussissait également à fournir des voitures à des privés qui gagnaient des courses partout dans le monde.

     

    En 1959, Ferrari était fermement établi comme le premier constructeur mondial de voitures de sport et de course, et l'immense succès de la Ferrari 250 GT (4 fois vainqueur du Tour de France) et de la Ferrari 250 Testa Rossa avait cimenté les bases de l'image magique en course de Ferrari. Un nouveau modèle Ferrari était en préparation pour 1960 qui devait perpétuer la tradition de la Berlinetta Tour de France, mais devait être encore plus rapide et encore plus agile. C'est ainsi qu'est née la nouvelle Ferrari 250 GT Berlinetta à empattement court, dotée d'un moteur V12 révisé de 3 litres, avec bouchons extérieurs et puissance accrue, empattement raccourci de 260 cm à 240 cm, avec un nouveau design de carrosserie intemporel par Pininfarina.

     

    La Ferrari 250 GT Berlinetta chassis court était divisée en deux modèles distincts : la version Acier (ou route) (avec carrosserie en acier) et la version Compétition, évidemment destinée à la Compétition, dotée d'une carrosserie en aluminium plus légère, d'un bouchon d'essence extérieur, de performances plus élevées, d'un moteur et d'une suspension optimisés.

     

    Cette voiture particulière, la 250 GT Berlinetta à empattement court SEFAC Competition 1961, châssis n° 3005GT de 1961, est l'une des rares dernières versions de SEFAC Competition, dotée d'une carrosserie en aluminium plus fine, d'un châssis plus fin, d'un moteur de compétition encore plus développé et de diverses autres fonctionnalités visant à rendre cette dernière version la plus compétitive.

     

    Ferrari 250 GT SWB Back.jpg

     

    3005GT est un membre très important de l'histoire de Ferrari pour les raisons suivantes :

    - Dernière produite par SEFAC (avec châssis Tipo 539/61 et toutes les fonctionnalités SEFAC)
    - Voiture officielle de l'équipe NART
    - Vainqueur des 1000 km de Paris 1961 avec Pedro et Ricardo Rodriguez,

    - Une des voitures officiellement modifiées par l'usine Ferrari avec 6 carburateurs

     

     

    Ferrari 250 GT Berlinetta SWB Competizione - 1960

     

    Ferrari 250 Rosso.jpg

     

    Numéro de chassis : 1785GT

    Stand : Car Collector

     

    Détails de la voiture

     

    Moteur Ferrari Tipo 188B Colombo V12 (3,OL)

    Puissance 276 ch

    Boite de vitesse 4 rapports manuelle

    Carrosserie de Scagletti

     

    Une des premières Berlinetta produites avec une carrosserie en aluminium. Initialement propriété de Charlie Kreistar. Elle s'est classée 4ème à Sebring en 1960.

    Plus tard, il a obtenu la 3ème place au Championnat d'Amérique SCCA, en 1968. Le pilote suisse René Herzog reconstruisit 1785GT avec des améliorations et il a été accepté par la FlA dans la catégorie GTS en 1980.

    Le propriétaire actuel continue de conduire et piloter cette Ferrari jistorique.

     

    Ferrari 250 Rosso Side.jpg

     

     

    Ferrari 250 Europa Pinin Farina Coupé - 1954

     

    Ferrari 250 Europa.jpg

     

    Numéro de chassis : 0351EU

    Stand : Lukas Huni

     

    Au milieu des années 50, Ferrari était devenu mondialement connu en tant que constructeur de voitures de sport et de course. Toutes les connaissances acquises sur la piste ont été immédiatement appliquées aux voitures de série, ce qui a permis leur succès auprès des propriétaires et des passionnés.

     

    Présentée au public au Salon automobile de Paris 1953, aux côtés de la Ferrari 375 America, la Ferrari 250 Europa fut la première Ferrari de route identifiée par la désormais légendaire nomenclature de la série 250 et la seule Ferrari 250 a être équipée du moteur V12 conçu par Aurelia Lampredi, qui était le moteur choisi pour les premières voitures de course sportives Ferrari, produisant plus de 200 CV.

     

    C'est la Ferrari 250 Sport, conduite à la victoire par Bracco/Rolfo dans les Mille Miglia de 1952, qui a démontré les capacités du moteur et a incité Ferrari à l'utiliser dans sa première voiture de sport de luxe de série. Le moteur V12 à bloc long de Lampredi, éprouvé en course, a doté la Ferrari 250 Europa de performances phénoménales : la 250 Europa était capable d'atteindre une vitesse de pointe de 220 km/h et une accélération de moins de 9 secondes de 0 à 100 km/h.

     

    Toutes les voitures étaient entièrement construites à la main, et aucune n'était exactement identique, les nouvelles connaissances et expériences avec les voitures de course étant appliquées instantanément au fur et à mesure de la production. Seules 20 voitures de la Tipo 103 Ferrari 250 Europa ont été construites, dont 16 voitures avec carrosserie Pinin Farina Coupé. Les premières voitures avaient un radiateur situé plus haut. Les voitures ultérieures, dont la 0351EU, étaient équipées d'un radiateur d'aspect plus moderne entièrement intégré avec une carrosserie redessinée, dotée d'une calandre enveloppante et de l'élimination des vitres arrières, donnant à la voiture un look plus sportif.

     

    Cette voiture particulière, Ferrari 250 Europa Pinin Farina Coupé, numéro de châssis 0351EU, est unique pour plusieurs raisons. Il s'agit de la dernière, seulement environ 20 Ferrari 250 Europa avec le moteur Lampredi ont été construites (avant l'introduction de l'Europa GT avec le moteur Colombo) avec le design de carrosserie Pinin Farina . Il a été terminé le 25 mai 1954 pour le célèbre réalisateur Clarence Brown, basé à Los Angeles (qui a produit de nombreux films avec des acteurs tels que Rudolph Valentino et Greta Garbo).

     

    Au lieu d'emmener la voiture directement en Californie, il parcourt l'Europe pendant quelques mois, participant au Concours d'élégance automobile de Cannes en 1954, ce qui lui vaut des lauriers dans le Ferrari Yearbook 1954. Brown a vendu la voiture en 1958 à Lawrence Garden, un résident de Washington, qui l'a gardée pendant 3 ans avant de la vendre à Stanley Baker de Seattle. C'est M. Baker qui a fini par être le gardien de 0351EU pendant 42 années incroyables.

     

    Au début de sa possession, il a repeint la voiture dans cette belle couleur émaillée ivoire avant de la montrer pas moins de 3 fois au célèbre Concours d'élégance de Pebble Beach (1965, 1966 et 1990). Baker chérissait manifestement énormément sa Ferrari bien-aimée, comme en témoigne l'incroyable originalité de la voiture, y compris l'intérieur d'origine, préservé.

     

    Une Ferrari Gran Turismo de luxe unique. dans un état exceptionnel et extrêmement original, représentant le meilleur moment du design PininFarina des années cinquante.

     

    Ferrari 250 Europa Back.jpg

     

    Les autres détails de la voiture sont les suivants :

     

    Numéro de châssis : 0351EU

    Numéro de moteur: 0351EU

    Spécifications du moteur : moteur Lampredi V12 cylindres de 2 953 cm3 développant 220 ch.

    Empattement : 2800 mm

    Couleur: Ivoire

    intérieur : Pelle Rosso Chiaro (d'origine)

     

     

    Ferrari TIPO 625 MONOPOSTO - 1954

     

    Ferrari Tipo 625.jpg


    Numéro de châssis : 0540

    Stand : Sotheby's

     

    Exemple ultra rare de Ferrari Formule 1 du début des années 1950.

    Voiture sœur de la première Ferrari gagnante du Championnat du Monde. la très réussie 500 F2, qui a mené Alberto Ascari aux Championnats du Monde consécutifs en 1952 et 1953

    Mis à niveau en usine aux spécifications de 625 F1 au début de 1954.

    La première Ferrari engagée par l'équipe nationale belge Ecurie Francorchamps.

    La seule monoposto Ferrari jamais pilotée par le légendaire marquis Alfonso de Portago.

    Conservé depuis plus de 15 ans dans la prestigieuse Collection Bardinon au Mas du Clos.

    Exemple de moteur matching numbers émergeant récemment, après plus de 20 ans avec le même propriétaire.

     

    Ferrari Tipo 625 interior.jpg

     

    Ferrari Tipo 625 Front.jpg

     

     

    Ferrari 375 MM Pinin Farina Spider - 1953

     

    Ferrari 375 MM.jpg

     

    Numéro de chassis : 0362AM

    Stand : Lukas Huni

     

    Les modèles de Ferrari 375 MM (équipés d'un moteur Lampredi V12 de 4,5 litres développant une puissance impressionnante de 340 ch et remplaçant le 340 MM avec un moteur de 4,1 litres) ont été construits en 1953 et 1954, aidant Ferrari à remporter le championnat 1954. Initialement exploitée sous le nom de SEFAC Works Cars, la 375 MM a également été vendue à des équipes privées, tandis que la Ferrari 375 Plus (portée à 4,9 litres) a également été introduite au cours de la saison 1954. Quelque 26 Ferrari 375 MM ont été construites, dont 13 Ferrari 375 MM arborant le superbe design Pinin Farina Spider, trois d'entre eux ayant été redessinés par Scaglietti à l'époque, il ne reste donc que dix dans leur configuration d'origine.

     

    375 MM Pinin Farina Spider 0362AM avec Scuderia Parravano 1953 - 1958

     

    Tony Parravano, d'origine italienne et vivant en Californie, était le client le plus important de Maserati et de Ferrari à cette époque et bénéficiait à ce titre d'un traitement préférentiel de la part des deux constructeurs. Avant le début de la production de la Ferrari 375 MM, Parravano avait déjà payé sa voiture en 1953 et s'était vu attribuer 0362AM par l'usine. Il prit très fièrement livraison de 0362AM le 31 octobre 1953. Le Foglio di Montaggio (feuille de montage) original montre que l'identité de sa voiture a été modifiée de 0376AM à 0362AM avant la livraison.

     

    0362AM a intensément couru pour la Scuderia Parravano en 1954 avec de nombreuses premières places dans la série de courses américaine SCCA pilotés principalement par Jack McAfee. Sa course la plus importante fut celle de Sebring en 1955, où McAfee se portait bien, mais dut abandonner en raison de l'incendie de la voiture, causant des dommages à la partie arrière de la voiture, réparée immédiatement après et repeinte en marron. La période Parravano s'est terminée avec la mystérieuse disparition de Tony Parravano (rumeur pour des raisons d'évasion fiscale), ce qui a entraîné la vente de 0362AM au colonel Sorrell lors d'une vente aux enchères de l'IRS, ainsi que d'autres voitures et pièces de l'écurie Parravano.

     

    Autres courses pour 0362AM 1955 - 1968

     

    Comme c'était typique de l'époque (avec l'introduction de nouveaux modèles et la modification des règles de la FIA), la 0362AM a été modifiée par la Scuderia Parravano et plus tard par Frank Arciero en Californie. En 1955, le châssis a été raccourci pour entrer dans la Carrera Panamericana de 1955 (événement annulé), et en 1958, la 0362AM a été équipée d'une carrosserie Mistral en fibre de verre pour participer aux séries USAC et Pacific Coast Sports Championship. En effet, 0362AM a connu un succès significatif en course lorsqu'il était piloté par Dan Gurney, Skip Hudson et Bob Bondurant.

     

    Charles Betz and Fred Peters 1968 - 2014

     

    Charles Betz et Fred Peters, collectionneurs très expérimentés d'Orange, en Californie, ont réussi à acheter 0362AM avec l'aide de Ron Kellogg en 1968. Au cours d'une recherche difficile et d'une activité intense au cours des années suivantes, Betz/Peters ont réussi à retracer les pièces qui, au fil des ans, ont été supprimées de 0362AM. Beaucoup d'entre elles se trouvaient dans le domaine Sorrell, certains provenaient de Chinetti et d'autres encore du collectionneur de Newport Beach, Ernie Beutler. Une restauration habile et complète par Betz/Peters au cours des années suivantes, impliquant les meilleurs spécialistes de l'époque, dont Steve Beckman de Costa Mesa, a été réussie, réunissant 0362AM avec ses pièces d'origine et restaurant 0362AM dans ses spécifications d'origine, telles que livrée neuve en 1953.

     

    Dans une collection privée européenne depuis 2015

    Pour le plus grand plaisir du Ferrari Collectors World, la 0362AM a retrouvé sa splendeur d'origine ces dernières années, notamment en participant chaque année aux Mille Miglia.

     

    Ferrari 375 MM Back.jpg

     

    Les autres détails de la voiture sont les suivants :

    Numéro de châssis : 0362AM

    Carrosserie : Carrosserie Spider de PininFarina (une parmi 13)

    Spécifications du moteur : moteur V12 Lampredi de 4 522 cm3 et 340 ch

     

     

    Ferrari 340 America Berlinetta - 1951

     

    Ferrari 340 America.jpg

     

    Numéro de chassis : 0122A

    Stand : Axel Schuette

     

    Certificat Ferrari Classiche • Historique belge bien connu • 1 des 2 Berlinettas Touring construites

    La voiture présentée ici a été livrée au concessionnaire Ferrari Comptoir Automobiles Richard SA à Bruxelles, Belgique, le 20 août 1951. Le 19 janvier 1952, le véhicule a été exposé au 35ème Salon de l'Automobile de Bruxelles. Dans les premières années, le véhicule appartenait exclusivement à des passionnés belges de Ferrari.


    Puis en 1953, la voiture fut vendue à Jacques Swaters du Garage Francorchamps. Par l'intermédiaire de M. Swaters, la 340 America est revenue au pilote Pierre d'Haveloose, qui a participé à plusieurs courses en Belgique. En 1957, Armand "Blary" Blaton, le beau-père de Jacky Ickx, achète la voiture et participe, entre autres, au 4ème Rallye d'Automne.
    Dans les années suivantes, la voiture est revenue en possession du Garage Francorchamps, puis du célèbre collectionneur Dr Paul F. Schouwenburg, qui a fait restaurer la voiture et a documenté le processus dans son livre "Ferrari Fever".


    De 1986 à 2010, le véhicule faisait partie de la célèbre collection Lucchini en Italie.
    Elle a participé à plusieurs reprises aux célèbres Mille Miglia, alors qu'elle est dans notre clientèle depuis 2013.

    En 2017, elle a été certifiée par Ferrari Classiche avec un « Livre Rouge ».

     

     

    Scuderia Ferrari Alfa Romeo 8C 2600 - 1933

     

    ALfa 8C 2600.jpg

     

    Numéro de chassis : MONZA #SF25

    Stand : AVC Prague

     

    Moteur : 8 cylindres, DACT avec compresseur, 2 557 cm3

    Carrosserie : Monza de la Carrozzeria Brianza

    Année : 1933

     

    Scuderia Ferrari Alfa Romeo 8C châssis nr. SF25

    Pour la saison de compétition 1934, la S.A. Scuderia Ferrari a produit les dernières Alfa Romeo 8C Monza, en utilisant des châssis de construction locale selon leurs propres spécifications et en augmentant la cylindrée du moteur à 2,6 litres, ainsi que les nouvelles carrosseries de la Carrozzeria Brianza. Tous les autres composants utilisés provenaient d'Alfa Romeo 8C 2300 de seconde série qui étaient en stock à l'atelier de la Scuderia.

     

    Le SF25 a été immatriculé - MO 7139 - le 4 avril 1934, et peu de temps après, aux Mille Miglia, Tadini et Barbeiri ont ouvert la voie en pilotant le SF25 jusqu'à Roma, retenant Nuvolari, Varzi et tous les autres champions avec une moyenne de 120 km/h.

     

    Vous trouverez plus de photos de Rétromobile, prises par les membres de Ferrarista.club, ici :

    https://www.ferrarista.club/forum-ferrari/forums/topic/19437-rétromobile-2024/

     

    Merci @Etienne et @308gt4 pour la complétude des numéros de chassis.

     

    Un grand MERCI à tous les stands qui mettent à disposition des visiteurs autant d'explications sur les modèles exposés. Certains donnent beaucoup plus de détails que d'autres, les niveaux d'informations sont disparates et il faudrait inciter les stands qui ne fournissent aucune information à le faire, pour que les gens se passionnent encore plus pour les modèles exposés.

     

    Est-ce que cette innovation, vous présentant les textes descriptifs présents sur le salon; en plus des photos prises sur place vous a plu ? Que pourrait-on améliorer ?

    Etiez-vous présent à Rétromobile 2024 ? Qu'avez-vous le plus aimé ? Quelles autres Ferrari vous ont marqué ?

     

    Si cet article vous a plu, vous aimerez aussi :

    Comment j'ai trouvé et restauré ma Ferrari F355 Challenge immatriculée

    25 tutoriaux indispensables pour que votre Ferrari reste au top

    Choisissez votre Ferrari : l'expérience de 40 propriétaires sur la durée

    Rétromobile 2022 : les 27 Ferrari à ne pas rater

    Edited by Franck

    • Like 5
    • Thanks 2
      Report Article
    4 4


    User Feedback




    Franck

    Posted

    Le 05/02/2024 à 16:49, Auguste a dit :

    Félicitations. Gros travail de patience et belles photos.

    Merci pour cette visite guidée.

     

    Le 05/02/2024 à 18:40, Papycalou a dit :

    Magnifique ! Merci Franck pour ce partage

    Merci et content que cet article vous ai plu. Cela veut dire que nous pouvons en faire d'autres du même type.

    Share this comment


    Link to comment
    Share on other sites
    Franck

    Posted

    Il y a 23 heures, 308gt4 a dit :

    Girardo :

     

    0118A 340 America

    0360AM 375 MM

    1024 512 M

     

    4675GT 250 GTO

    07629 275 GTB

    14857 365 GTS/4

    85749 F40

    108612 550 Prodrive (CRD05)

     

    032 Dino 206 SP

     

    003 333 SP

    Super ! Merci beaucoup @308gt4 pour ces numéros ! 👍

    Share this comment


    Link to comment
    Share on other sites
    Nicochau

    Posted (edited)

    Merci Franck pour cette riche idée augmentée d'éléments techniques nous faisant "vivre" la vie de ces voitures ! 

    PS : j'ai mis un commentaire sur le blog consacré au 599 Fiorano où je m'interroge => si tu peux y répondre à l'occasion : merci bien 

     

    Edited by Nicochau

    Share this comment


    Link to comment
    Share on other sites



    Join the conversation

    You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

    Guest
    Add a comment...

    ×   Pasted as rich text.   Paste as plain text instead

      Only 75 emoji are allowed.

    ×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

    ×   Your previous content has been restored.   Clear editor

    ×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.