Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 06/29/2021 in all areas

  1. 21 points
    27/3/92 livraison… 27/3/22, 30 ans de vie commune Et oui, cela fait 30 années que cette 348 tb #93317 est dans mon garage. D’ici quelques dizaines de km elle tournera les 100.000km et que de souvenirs : la livraison, neuve alors que j’avais 24 ans les 15000km parcourus dès la 1° annee mon mariage a son bord les sorties circuits les voyages/vacances avec la casse du moteur, puis sa renaissance suivie de la Certification Classiche la conduite accompagnée avec les enfants bref, 30 années bien remplies que ces quelques lignes ne suffisent pas à relater au niveau des émotions que cette voiture a su me procurer.
  2. 16 points
    Pour répondre aux langues de vipères qui se trouve sur ce forum, soyons clair ! vous voulez les détails de la facture effectués , les voici : Depuis le début du chantier , j'ai fait un forfait a Michel pour la Main d'oeuvre a 4400€ , ce forfait n'a jamais changé malgré les nombreux travaux effectuer en plus ! sur le moteur, il a été fait : remplacement du carter de distribution avant avec joint et roulement neuf ! ( le carter a été acheter par Michel chez cheval cassé , le prix est pas négligeable ) remise en état des deux culasse avec remplacement des guides de soupapes et des soupapes + rectification Remplacement d'une poulie d'arbres a cames qui était cassée, remplacement des coussinets de bielle et de ligne , remplacement de la segmentation . remontage avec pochette de joints neuf ! nous avons dut faire refaire la tête d'injection K-jet qui ne donner pas correctement , le régulateur de pression d'essence de l'injection et remplacer les 8 injecteurs TRAVAUX FAIT en PLUS qui n'était pas prévus au départ : Remplacement de l'embrayage et du mécanisme ! remise en état des collecteurs d’échappement car toute les jonctions était rouillées voir pourries + sablage et peinture en haute température ! Remplacement du châssis arrière qui avait subit un gros choc et avait été ressouder n'importe comment ! ( le châssis de remplacement a été acheter par Michel chez Cheval Cassé ) il a fallu sabler entièrement le nouveaux châssis , reprendre a la soudure certains points faibles de celui-ci , le repeindre a la peinture époxy noir et tous blaxonner ! je vous passe le déshabillage de l'ancien châssis et le remontage complet du train arrière et la géométrie ! il a fallu également reprendre une grosse parti du circuit électrique du moteur et de la voiture , notamment au niveau du boitier fusible ! il a fallu remplacement toutes les durites de carburant , de circuit d'huile et du circuit de refroidissement ! il a également été nécessaire de remplacer les deux roulements de sortie de pont car ceux-ci avaient un jeu trop important ! Alors pourquoi le chantier a duré si longtemps, c'est simple ! Michel était prévenu que je ferais le chantier en fonction de son budget ( sa possibilité de financer au fur et a mesure ) et a temps perdu ! Alors c'est bien beau de crier au Loup et de me démolir sur le forum mais l'éducation de certain ici serait a revoir car quant on ne connais pas le dossier , on s'abstient de commentaires ! A bon entendeur ...... ps: si certain d'entre vous veulent plus d'explications , mon numéro de téléphone est public !
  3. 15 points
    Tout d'abord merci à Tifosi101 d'avoir posté ces commentaires élogieux. Quand j'ai décidé de faire les MM il y a dix ans environ, ni moi même ni la voiture n'étions prêts et de plus il fallait montrer pate blanche pour inscrire 0117S aux MILLE MIGLIA, dix ans en fait pour fiabiliser l'auto et obtenir les bons renseignements, les documents de la FFVE, (pour la France) de la FIVA, (pour l'international) trouver les bonnes personnes pour faire accepter un dossier sur l'authenticité de l'auto (je possède pourtant plus de trente livres faisant référence à cette auto) l'état de l'auto, les pièces originales etc. etc...... pour pouvoir enfin inscrire l'auto en Italie pour " la piu Bella corsa del mondo ".cela valait le coup. Beaucoup de travail sur cette auto, petit à petit semaine après semaine et même années après années, à remplacer, fiabiliser toutes les pièces d'usure pourtant remplacées neuves pour la plupart , a titre d'exemple six mois avant le départ de la course un ressort de soupape qui casse, il a fallu ouvrir le haut moteur , retrouver l'entreprise en Allemagne qui re-fabrique à l'identique des ressorts dans un acier de + de 70 ans avec des torsions correspondantes, bref après avoir remplacé les 24 ressorts de soupapes je reprenais espoir de pouvoir faire cette course. Nous avons aussi fait refaire des cales pour le train avant afin que le chimi (vibrations dans le volant) s'estompent malheureusement nous n'avons pas eu le temps avec mon mécanicien-metteur au point de résoudre ce problème à temps, nous aurons aussi a résoudre une troisième vitesse qui craque et c'est a peu près tout. Voilà, nous sommes donc partis le 14 juin du sud de la France pour un périple de 600 kms voiture installée sur un camion remorque l'inscription nous a pris presque une demi-journée alors que tout était parfaitement organisé, je dirais et c'est rare pour l'Italie organisation militaire. Nous étions quand même 430 voitures de 1927 à 1957 pour les MM officiels + une section Ferrari tribute de + de 200 Ferrari récentes qui faisait le même parcours à des horaires différents, la plupart avait une assistance technique compter entre 2 et 4 personnes ce qui faisait 1300/1400 personnes à nourrir et à loger en même temps (organisation militaire obligatoire). Tout ce beau monde avait un horaire imparti sur chacune des épreuves et nous partions tous à la minute ( voir à la seconde ) près.. Les conditions au mois de juin étaient difficiles avec une chaleur de 34 à 37 degrés cela à mis à rude épreuve à la fois les mécaniques et leurs conducteurs. Pour ce qui concerne 0117S , malgré la chaleur accablante la voiture à bien tenu le coup, le manomètre de l'eau était en permanence à 130 degrés (ce qui est la norme pour cette auto) et le moteur à tourné comme une horloge à tel point que prenant de l'assurance mon compte-tours était le plus souvent entre 4500 t/mn et 5500 t/mn pour un double cylindre 2.3 litres cela faisait un raffut génial certes addictif pour ne pas dire jouissif, la consommation s'en est ressentie d'où deux pannes d'essence, la première le compteur de jaune ne fonctionnait pas et la deuxième une conso excessive d'essence due à une lourdeur de mon pied droit sur la pédale d'accélérateur. Pour les autres pannes deux fois la batterie déchargée, la première due a une lumière de phare laissée bêtement allumée , une poussette et c'est reparti, la deuxième plus sournoise, la dynamo ne prenait plus la charge, j'ai donc fait appel à mon staff technique d'assistance ....moi même, et après quelques minutes je me suis aperçu qu'une cosse avait un faux contact, une pince coupante un tournevis plat et la panne a été réparée: petite anecdote , une personne de + de 70 ans qui de l'autre côté de la barrière me regardais faire, visiblement désolé que je sois en panne, qui m'a vu tout seul sortir mes petits outils et réparer, une fois terminé il était comme un fou quand , poussant la voiture elle à démarré on aurait dit qu'il venait d'apprendre le mariage de sa fille ou toucher le loto, après pas d'autres pannes et c'est tant mieux parce que je ne suis pas un cador en mécanique. A part ça la course est magnifique , nous traversons toute l'Italie du nord avec des paysages des régions superbes les gens qui nous acclament tout au long du parcours sont impressionnants a voir , toute la journée du matin de bonne heure à la nuit tombée ils sont sur le bord des routes avec des drapeaux des MM le pouce est levé ou alors des applaudissements , je n'ai jamais connu en France un tel engouement, une telle ferveur pour le sport mécanique en général pour les Ferrari en particulier, et complétement intergénérationnel des vieux des jeunes des parents avec des bébés au bras , dans les campagnes assis devant leur maison en grappe ou en ville des milliers et des milliers de personnes avec la banane pour voir passer le plus grand musée du monde à ciel ouvert, impressionnant. Mon plus beau souvenir, lorsque nous sommes arrivés à Rome (450 véhicules qui déboulent presque au même moment) il est 23 h du soir et après 13/14 heures de conduite depuis le matin, nous faisons un tour de la ville , tous les monuments sont éclairés nous sommes escortés par une trentaine de motards de la police qui nous ouvrent la circulation, c'est tout simplement féerique on passe près du colisée de tous ces monuments romains antiques éclairés rien que pour nous en VIP , c'était inoubliable fantastique, ce moment restera gravé à tout jamais dans ma mémoire. Sinon, nous avons traversé les prés de 2000 kms parcourus comme des fous doublant tout ce qui se présentait devant nous grillant des centaines ou des milliers de feu rouge , autant de stop , laissant systématiquement les lignes blanches continues à la droite de nos voitures tout ca avec la bénédictions des forces de l'ordre qui souvent nous ouvraient le chemin , je ne parle pas des excès de vitesse qui s'ils doivent m'être opposables me feront retirer mon permis pour les 150 ans à venir, bref que du bonheur. Après il y a eu quelques voitures cassées ou la carrosserie à pris cher , hôpital pour un équipage mais heureusement sans gravité , toutefois course finie au deuxième jour, avec le recul c'était un peu irréel de mettre en danger nos voitures d'un certain prix à rouler a des vitesses au delà de 170/180 kms/h sur route ouverte .... mais quel, pied ! nous sommes rentrés entier et c'est bien là l'essentiel. Dernier détail, sur les 430 équipages nous n'étions que 3 français , il y avait par contre des japonais des américains des africains du sud des mexicains des argentins , presque tous les pays d'Europe tous les continents et des voitures anciennes merveilleuses . En conclusions si certains veulent faire cette épreuve de régularité je ne saurais que trop les encourager.
  4. 15 points
    La Ferrari 599 GTB est apparue en 2006 et a été un beau succès, grâce à sa ligne signée Pininfarina, à son moteur issu de la Ferrari Enzo et au son magnifique produit par son V12 ! Très recherchée aujourd'hui, elle représente la Ferrari à moteur V12 Ferrari encore moderne, fiable et à tarif "raisonnable". Que devez-vous savoir pour en acquérir un bel exemplaire ? quel est le retour d'expérience de ses propriétaires ? Zaz a l"expérience, depuis des dizaines d'années, des V12 Ferrari et a référencé toutes les Ferrari 599 existantes ! Il vous livre son retour d'expérience, très intéressant, avec sa Ferrari 599 GTB Fiorano. @Franck : Quel est ton parcours automobile ? @Zaz : J’ai un peu de mal à me rappeler mes premiers véhicules, hormis la Fiat 500 de ma mère que j’ai un peu maltraitée. J’ai dû commencer fort parce que je crois que ma première, ce fût une Triumph TR5. Ma grand-mère, chez qui j’habitais, ne voulait pas que je m’achète une mobylette, elle trouvait ça dangereux, alors elle m’a offert une TR5 qui traînait dans un parking souterrain. 8 000 francs je me souviens, mais en échange je devais l’emmener en cabrio pour faire ses parties de bridge ! J’ai toujours aimé l’automobile sportive et j’ai eu la chance de collaborer avec Antoine Prunet et Serge Bellu, au sein d’Automobiles Classiques. Je faisais des piges, spécialisées dans les ventes aux enchères. Après ou avant, une, deux Mini Cooper et puis l’expatriation qui m’a permis de rouler d’abord en Ferrari 330 GT, pas gardée longtemps, puis Ferrari 250 GTE, achetée avec le moteur serré, refaite et conduite en VEC, ce qu’elle faisait depuis plusieurs années. Et puis en même temps, pour rouler sur route, une Ferrari 365 GT, achetée chez Osenat à Fontainebleau. J’ai fait 100 mètres avec, en sortant de la vente, plus d’embrayage. A l’époque pas de contrôle technique qui dit (presque) tout. Infidélité avec l’autre cheval cabré, un cabrio Porsche 3.2 G50 acheté neuf, suivi par un Porsche Speedster étroit 3.2. Et j’accumulais : De Tomaso Pantera, je regrette sa ligne, Iso Rivolta IR 340, je ne regrette pas, et d’autres moins prestigieuses comme une Golf GTI16S Oettinger. Je stockais tout dans un parking d’HLM à Rueil-Malmaison ! S’ensuivit vie familiale et breaks familiaux sympa, Volvo T5R ou Chrysler 300C. J’ai tout vendu sauf la Ferrari 250 GTE que j’ai gardée 32 ans. Une histoire de succession m’a obligé à la vendre et dès que j’ai pu, deux années plus tard, une Ferrari 599 GTB Fiorano. Mon meilleur souvenir de ces années, une course à Monthléry pendant les Coupes de l’Age d’Or avec uniquement des Ferrari. J’ai fini troisième, mais les mauvaises langues racontent que tous les autres ont eu des problèmes mécaniques … 1er Jean Sage avec sa Ferrari 250 SWB, 2ème, la fameuse et affreuse 250 Breadvan, je ne me souviens plus qui conduisait. @Franck : Quels étaient tes critères d’achat pour cette Ferrari et pourquoi avoir choisi cette Ferrari ? @Zaz : Je voulais pouvoir rouler sans souci, j’en avais marre des plateaux de dépannage … et j’ai toujours été attiré par les V12. Ce fût la 4ème et il fallait qu’elle soit bleue comme les trois précédentes. Et cette ligne Pininfarina est d’une pureté que n’ont pas les suivantes. Cette lunette arrière avec les montants arqués dans un style «arc-boutant» qui canalisent l'air autour de la section arrière, est une œuvre d’art ( et évite un aileron). @Franck : Comment as-tu trouvé cet exemplaire ? Quelle en est ton utilisation ? Depuis combien de temps ? @Zaz : Je l’ai trouvé en Suisse, chez un dealer connu, qui stocke près de 800 voitures, vues de mes yeux ! Plein de Bugatti, Lamborghini et près d’une centaine de Ferrari. Pourquoi en Suisse ? Parce que je la voulais Blu Pozzi et qu’aucune ne se trouvait à vendre à part la Suisse et une en Allemagne. Achetée en avril 2017, j’ai déjà fait plus de 20 000 kilomètres et je ne roule que 6 mois par an, n’habitant plus en France. Dont des longs trajets comme Paris Maranello avec Ferrarista. @Franck : De suite après l’achat, qu’est-ce-qui t’a le plus marqué au volant de cette Ferrari ? @Zaz : La panne ! Et de nouveau le plateau que je voulais éviter ! J’ai fait Zurich-Paris-Bretagne pour rentrer et elle n’a pas été plus loin, blocage du pont. Plateau, direction, plus proche concession Ferrari (Le Mans) sur les conseils du vendeur qui n’a JAMAIS voulu payer un centime des réparations. Avocat, menaces, rien… La cause n’a jamais été très claire, mais ils en ont profité pour faire une révision complète, un embrayage par sécurité … et le fameux COC, résultat 9 000 € de plus. Sinon dès le début j’ai apprécié sa souplesse de conduite, certes c’est une GT et plus lourde qu’un V8, mais cela correspond parfaitement à ce que je cherchais. Et le couple, est, fabuleux. Il est vrai que n’ayant jamais possédé de V8 Ferrari, j’ai peut-être tout faux mais, depuis 41 ans de V12 Ferrari, je suis content. @Franck : Peux-tu nous parler des coûts induits pour une utilisation normale de cette Ferrari (assurance, entretien annuel, grosse révision, imprévus, etc.) ? @Zaz : Un peu plus de 1 000 € d’assurance, une révision dans une concession Ferrari tous les deux ans coûte 1.700 €, avec des éléments supplémentaires selon le calendrier d'entretien, les courroies d'entraînement auxiliaires sont changées tous les trois ans, par exemple, (c’est solide un V12). Les imprévus : une maladie des Ferrari 599, j’en parle plus loin, et une sortie de route sur circuit. J’ai un pare-choc tout neuf maintenant ! Je ne fais rien moi-même, je n’en suis pas capable. La voiture, l’hiver, séjourne dans un garage tenu par le fils d’un membre Ferrarista, donc c’est surveillé ! @Franck : Quels conseils donnerais-tu à quelqu'un recherchant cette Ferrari ? @Zaz : Ne pas faire comme moi, trop focalisé sur une bleue Pozzi, j’ai acheté celle qui me paraissait intéressante, 24.000 km, deuxième main mais je n’aurais jamais dû acheter un véhicule qui n’avait probablement pas roulé depuis deux ans ni eu de révision depuis trois. La panne que j’ai eu vient-elle de ce manque ? Achetez une voiture qui roule régulièrement et qui a été révisée correctement, et cette réflexion est valable pour tous les modèles. On le répète toujours, mieux vaut un exemplaire ayant parcouru 30.000 km et entretenu régulièrement plutôt qu’un ex. de 10.000 ayant de gros trous dans le roulage et l’entretien. Un aparté sur les types de Ferrari 599 GTB Fiorano Il n’y a eu que deux versions de la Ferrari 599 GTB, pas d’édition Schumacher, 60ième anniversaire ou autre, comme certains vendeurs le prétendent. Hormis une « China Edition » réservée au marché chinois, 12 unités ! Avec des caractères chinois dessus, entre autres, et un beau Rosso Fuoco. Concernant la version HGTE, cela n’existe pas. Il s’agit d’un kit monté en usine sur une Ferrari 599 GTB, qui comportait principalement : des jantes modulables, une calandre à 2 barres au lieu de 3, une sortie d’échappement différente en look et sonorité, une boîte F1 légèrement plus rapide, une suspension abaissée, barre anti-roulis, sièges mixte cuir/alcantara brodés HGTE, fond de compte-tours blanc, un peu plus de carbone, surtout autour des boutons de la console centrale, etc.. Beaucoup de GTB ont fait monter une partie de ce kit, rarement le kit complet. Pour moi, une vraie Ferrari 599 HGTE est une GTB sortie de l’usine avec la ligne « Pack HGTE » sur la facture. La deuxième version est la 60F1 en fin de production, pour probablement écouler les derniers châssis. Il s’agit principalement d’une HGTE, avec en sus des autocollants un peu partout…, harnais, jantes spécifiques et 3 finitions au choix : Alonso avec ou sans autocollants, la plupart Rosso Scuderia et Gonzales, un rouge foncé Rosso Storico. Officiellement il y en a eu 40. J’en ai trouvé 64 qui se vendent à un prix ridicule pour la différence. @Franck : Quels sont ses défauts ? A quoi faire attention ? @Zaz : Pas de défaut majeur, j’ai retrouvé les notes d’une concession, présentées ci-dessous, agrémentées de mes remarques. L'entretien est relativement simple en termes de supercar, avec des chaînes de distribution plutôt que des courroies. Le radiateur d’eau est à vérifier avant l’achat, s’il commence à suinter, il faudra penser à le changer ou le faire refaire bientôt. ( ou à faire comme moi, mettre un produit qui colmate, très efficace mais peut-être pas apprécié des durits). PS : Je pense, pour ma part, que la grille coupe-frites de la Ferrari 599 GTB à 3 barres, et encore plus celle de la HGTE à 2 barres, laisse un espace important pour que des petits projectiles endommagent le radiateur. Ce qui n’est pas le cas avec la grille «nid d’abeilles», qui était une option sur les HGTE, et en standard sur les Ferrari 599 GTO. La boîte de vitesses F1 ( il n’y a eu que 50 versions en boite de vitesses manuelle qui coûtaient moins cher que les F1) est également fondamentalement robuste et fiable, mais il est important que l'huile soit changée à temps - au plus tard à 50 000 km, mais plutôt recommandé tous les deux ans. Attention à la procédure complexe de vérification du niveau d’huile moteur, trop d’huile entraîne des dommages importants. Si la boîte revient au point mort à un moment donné, des problèmes coûteux se profilent. Mais parfois un reset des actuateurs de boîte via la valise résout le problème. (vécu) L'usure de l’embrayage dépend évidemment de l’utilisation. Un changement disque/butée/mécanisme est un travail de 4 000 € MO comprise. A mes débuts, elle était dans un parking souterrain parisien difficile et elle sortait rarement sans un affichage « température excessive de l’embrayage ». A éviter. Suspension, direction et freins Les joints à rotule sont un point faible et le remplacement coûte environ 600 € par côté. Alors écoutez les bruits de cognement lors de l'essai routier. Vérifiez également les amortisseurs qui fuient, principalement sur les voitures qui sont restées à l’arrêt très longtemps. Les unités Delphi MagneticRide coûtent plus de 1 800 € chacun et ne peuvent être achetées que par paire. C’est une faiblesse que l’on rencontre beaucoup plus aux Etats-Unis où les voitures roulent beaucoup moins. Il est important que la voiture soit chaussée des bons pneus : Pirelli P Zéro d’origine ou Michelin Pilot Super Sport. Je n’ai pas encore essayé ces derniers mais ils semblent supérieurs dans tous les comportements. Dispo en PS5 ? On verra. Un mot sur le freinage, dans ma quête d’une Blu Pozzi, j’ai négligé les choix en matière de freins et j’ai une version freins acier. Ce qui ne pose aucun problème en utilisation courante, mais celui qui fait un peu de circuit, ou qui fait certaines sorties poussées, doit préférer les CCM. Impératif. Carrosserie, intérieur et électricité Aucun problème de corrosion grave, mais vérifiez les signes habituels de dommages dus à un accident. Faites également monter la voiture sur un pont pour inspecter le train de roulement, tandis que toute vibration de la direction et de la suspension pourrait suggérer une sortie de route antérieure. Le revêtement du tableau de bord a tendance après 10/15 ans à se rétrécir et doit éventuellement être refait, surtout si la voiture est restée longtemps au soleil. Je pensais être tranquille dans le Nord. Terminé, le mien commence à rétrécir. L’écran TFT est un des soucis apparu sur beaucoup de voitures. Vérifiez en essayant le véhicule qu’aucune micro-coupure électrique ne transforme l’écran en tableau noir. C’est le début de coupures de plus en plus importantes et un jour, plus d’écran, ce qui n’empêche pas de rouler. Le changement de l’écran ne se fait qu’en échange standard à l’usine, une fortune OU restauré par un spécialiste des écrans (moins de 2 000 € pour moi). Comme beaucoup de Ferrari de cette période, les boutons deviennent collants tout d’un coup. A faire refaire avant d’acheter sinon … soit changer par des pièces vendues surtout aux USA ou Tchéquie, soit nettoyer avec le bon produit. Je n’ai pas encore trouvé le bon et mes boutons collent depuis peu. Quelques propriétaires ont signalé des fissures ou des craquelures dans les feux arrières en plexiglas (600 € par côté pour les remplacer), alors vérifiez leur état. ( jamais vu) Les messages d'erreur sont assez courants, mais peuvent souvent être supprimés en redémarrant la voiture (ou en désactivant le coupe batterie dans le coffre pendant 10 minutes). S'ils restent, faites lire les codes d'erreur pour éviter de grosses factures à venir. @Franck : Quelles améliorations peuvent être à prévoir ? @Zaz : Je n’en vois pas hormis le changement de ces boutons une bonne fois pour toutes. On a souvent reproché à la Ferrari 599 GTB Fiorano d’être silencieuse. Il est vrai que, vitres fermées à vitesse stabilisée, on n’entend rien. Personnellement, j’ai craqué récemment et enlevé les cata secondaires pour mettre ce qu’on appelle un bypass secondaire direct, acheté aux US. La voiture est transfigurée en matière de son. D’autres installent des ouvertures intérieures des valves, il existe une pléthore de marques proposant un changement. @Franck : Comment utilises-tu Ferrarista pour ton expérience avec ta Ferrari ? Que t'apporte la communauté Ferrarista ? @Zaz : J’ai regretté de ne pas avoir connu Ferrarista avant. J’aurais certainement lu qu’acheter une Ferrari n’ayant pas eu de révision avant la vente était une erreur. Maintenant j’essaye d’aider les futurs acheteurs en les conseillant sur tel ou tel châssis. Je me suis donné l’objectif d’enregistrer tous les chassis dans le monde. Je pense avoir fini et je complète les infos tous les jours. La lecture de Ferrarista, un des deux forums actifs dans le monde, les autres vivotent, est une constante découverte du monde de notre passion. Et de surcroît, toutes les rencontres, sorties, et visites d’usine permettent de nouer des amitiés que je n’aurais pas imaginé. J’ai fait partie longtemps du club Ferrari UK et c’était plus club de retraités qui dînaient en smoking régulièrement. J’ai également assisté à un événement du club français. Rien à voir avec Ferrarista où tous les mondes se côtoient pour le plus grand plaisir de tous. @Franck : Et si c'était à refaire, que changerais-tu ? @Zaz : RIEN, je vais continuer d’utiliser cette voiture fantastique. NB : Enfin, si je pouvais la changer pour une Ferrari 599 GTO …. Qu'avez-vous appris dans ce retour d'expérience sur la Ferrari 599 GTB Fiorano ? Quels autres éléments souhaiteriez-vous connaître ? SI vous possédez une Ferrari 599 GTB, quels autres conseils donneriez-vous à un futur propriéataire ? Si cet article vous a plu, vous aimerez aussi : - Essai longue durée : la Ferrari 458 Italia de @Nanthiat - Essai longue durée : la Ferrari 612 Scaglietti de @Pierre Le grand - Essai longue durée : la Ferrari 575M de @philM - Essai longue durée : la Ferrari F12 de @Trois cinquante cinq
  5. 15 points
    Voilà….c’est fini. je tiens à vous remercier tous, vraiment tous, pour votre participation à notre 2ÈME Meeting National Ferrarista. vous avez amené votre bonne humeur, votre belle convivialité et votre enthousiasme. je vous ai vu repartir heureux, la tête pleine de beaux souvenirs. Ce fut un grand moment de joie, de passion et de partage. j’ai eu avec la Squadra du sud un grand plaisir à mettre au point notre réunion et à lui donner tout son sel. Merci à la Squadra, merci votre implication et votre aide. Bravo @tifosi101, @philM, @Biturbo, @vincenzo13, @guillaume84 et @mimix. Merci aussi à Ferrarista d’avoir permis nos rencontres, notre connivence et nos liens d’amitié. Notre Meeting est terminé, Vive le prochain!
  6. 14 points
    Merci à tous. Une fois de plus on s’aperçoit, que ce soit pour Chris ou pour mon fils, que tout peu basculer très vite. Alors profitez de l’instant présent, évitez les conflits et le stress, et soyez bienveillant. Eloignez vous des gens toxiques et ne reportez pas vos plaisirs à « plus tard ». Plus tard il peut etre « trop tard ».
  7. 13 points
    La Ferrari 360 Modena est un classique chez Ferrari, en particulier pour les primo-accédants. Elle reste moderne, accessible, fiable ... et comme toute auto, il y a certains points qui sont plus à regarder que d'autres. Avec le recul des années, quels sont ces points à regarder si vous possédez ou envisagez d'acquérir une Ferrari 360 Modena ? @tifosi101 en possède une depuis une dizaine d'année, et en tant qu'ingénieur motoriste réalisant l'entretien lui-même, il possède l'expérience pour conserver une Ferrari 360 Modena au meilleur de sa santé. Voici son retour d'expérience passionnant, rempli de références et de conseils, avec la Ferrari 360 Modena. @Franck : Quel est ton parcours automobile et pourquoi avoir choisi cette Ferrari ? Quelle est en ton utilisation ? Depuis combien de temps ? @tifosi101 : Mon parcours est très vite résumé. J’ai toujours été de "confession" Ferrari et de fait posséder une Ferrari et même travailler pour Ferrari furent les moteurs de ma jeunesse et de mes études. Dès mon premier job à la sortie de mes études d’Ingénieur motoriste, je me suis offert un Porsche Boxster 986 2.5. Une auto très accessible financièrement, avec un vrai moteur à la sonorité typique de la marque, et un comportement sportif et sain, qui m’aura offert beaucoup de plaisir. Avec elle j’ai fait mes premières armes : accès à un univers grâce au blason, balades avec d’autres GT de prestige, sorties circuit et premières expériences mécanique car je suis autonome sur ce point. Mais dès que l’opportunité de m’offrir MA Ferrari s’est présentée alors je l’ai saisie immédiatement. C’était en 2012, la « belle époque », celle où on allait faire son marché en Italie et on ramenait une 360, une 550 et une Testarossa pour le prix aujourd’hui d’une F430 Spider… Mon souhait initialement était la Ferrari F355 pour sa ligne typiquement Ferrari, pour son moteur au son de F1 et parce que bercé par le légendaire jeu vidéo « F355 Challenge ». Mais la période me permettait également d’envisager une 360 alors la question s’est sérieusement posée et rapidement la décision fut prise d’aller vers cette dernière pour la modernité de son châssis, sa ligne néo-classique, son gabarit de supercar (qui avec du recul est une contrainte sur petite route avec son empattement long), son entretien plus simple coté distribution et surtout son moteur sous la vitre, qui pour un passionné de moteur comme moi était un argument de choc. Le moteur étant le même que la F355, je ne tirais pas un trait sur le son F1. Mieux encore, il est l’aboutissement de ce bloc V8 avec des complications – pour faire le parallèle avec l’horlogerie – qui le rendent encore plus pointu et caractériel. Un vrai moteur de course ! Il faut le cravacher haut dans les tours pour profiter de son caractère et de sa puissance et j’adore cela contrairement à la majorité, qui avec la dieselisation, ne sait aujourd’hui qu’apprécier le gros couple. Avec le recul des années de possession, bientôt 10 ans, je suis un grand fan du mélange entre modernité et classicisme qu’est la 360. Les années passent, les générations d’autos, qui lui ont succédée, tant chez Ferrari que chez la concurrence, se modernisent, se « célérisent », se complexifient, mais s’aseptisent car le très bien devient parfait et même trop parfait. En sortant d’un essai à leurs volants, je finis toujours par me dire que la 360 fait encore très bien le travail, celui d’offrir du plaisir et des sensations sur tous les plans. Peut-être aussi parce que j’ai amélioré ma 360 pour la mettre à mon gout, c’est à dire plus sportive. Si à mes débuts à son volant, il m’arrivait d’aller avec sur le port de Saint Tropez juste pour le plaisir d’y boire un verre après un roulage sportif dans la célèbre forêt du Dom, voire même de sortir du département avec (!), aujourd’hui je me suis recentré sur l’essentiel, le sport. Et donc je la sors uniquement pour me prendre mon shoot d’adrénaline sur une petite route sinueuse au milieu de la garrigue varoise et profiter des vocalises de Formule 1, qui me reviennent aux oreilles contre les parois rocheuses. Le plaisir pur et en plus c’est une Ferrari ! Et comme la course est la raison d’exister de Ferrari, chaque année, je m’offre un à deux roulages sur le mythique circuit Paul Ricard, qui est tout de même au calendrier du championnat du monde de F1. @Franck : Quels étaient tes critères d’achat pour cette Ferrari et comment as-tu trouvé cet exemplaire ? @tifosi101 : C’était la grande époque des annonces sur AutoScout24.it, qui nous faisaient tous rêver le soir avant de nous endormir plein de projets. J’ai failli signer pour une Ferrari 360 boite manuelle de couleur jaune à Milan. Mais la première Ferrari doit être rouge ! Alors j’ai finalement jeté mon dévolu sur une 360 rouge, cuir noir, boite manuelle, qui était en vente chez Castauto, un marchand de véhicules de prestige situé tout proche du village de Don Camillo. Mon premier critère était de trouver une 360 saine, saine et saine parce que tout se répare sauf l’irréparable ou l’inconcevable. Je ne faisais pas une fixation sur l’historique des entretiens précédents, des tampons, du carnet. Je laisse cela aux personnes qui n’ont pas la possibilité de faire autrement pour acheter ce genre d’auto avec « sécurité ». Car lorsque je j’achète une auto d’occasion je refais dès le début le maximum d’entretien par moi-même pour partir sur une base connue et en prime m’approprier et comprendre l’auto dans son fonctionnement et dans sa conception. Mon second critère était une boite manuelle pour maximiser la fiabilité. Mon dernier critère était qu’elle me fasse décrocher la mâchoire en photos sur l’annonce ! Le kilométrage n’était donc pas un critère. Pour son achat en Italie, j’ai embarqué avec moi mon oncle mécanicien (de talent et d’expérience, avec qui je fais l’entretien), je l’ai laissé juger lui seul tant pour les contrôles visuelles en statique (nous l’avons mise sur le pont du premier garage à proximité) que pour l’essai routier (si la distribution ou un autre organe doit céder c’est le moment !). J’ai eu son feu vert ! La belle histoire a pu commencer et les rêves ont pu se réaliser. Avant de rentrer en France, nous avons fait une nuitée à Maranello, à proximité, pour immortaliser définitivement le moment. Un grand moment ! @Franck : De suite après l’achat, qu’est-ce-qui t’a le plus marqué au volant de cette Ferrari ? @tifosi101 : Déjà, il faut comprendre, même si cela peut paraitre incompréhensible, que je n’ai pas essayé une seule fois ma 360 avant même d’en devenir le propriétaire. Comme je n’avais pas la tête froide, j’ai préféré laisser faire mon oncle lors du premier voyage pour aller la voir et même à la remise des clés lors du second voyage pour l’achat, c’est lui qui a pris le volant. Je ne l’ai prise en main, très fébrilement, que pour rentrer dans Maranello, histoire de marquer le coup. Cette auto m’impressionnait beaucoup, tant parce que je réalisais MON rêve de toujours que parce qu’elle était très intimidante. Elle était très basse (trop rabaissée), large et avait une sonorité à réveiller les morts avec sa marmite Tubi et ses bypass de catalyseurs. Une F1 ! J’entends encore au Stop les cris de stupeur et d’excitation des enfants dans la cour de récréation en lisière du village que nous quittions pour rejoindre Maranello… Sur le chemin du retour, lorsque je suivais ma Modena au volant de la voiture qui nous avait menés au trajet aller, j’ai été marqué par les flammes jaunes immenses qui sortaient des échappements et par la stupéfactions des autres automobilistes qui assistaient au spectacle. J’ai également été marqué par les sollicitations enthousiastes des italiens dans les tunnels d’autoroute que je devinais dire « Forza ! » le poing levé pour m’encourager à tomber trois rapports et les gratifier de la mélodie F1. J’ai été marqué par les Carabinieri sur le bord de la route à l’entrée de Maranello le pouce levé à mon passage alors que je me sentais coupable (de rien…). Bref, j’ai très vite compris que rouler en Ferrari allait être une expérience très différente de tout ce qu’on peut imaginer au volant d’une autre marque automobile. Pour certains c’est l’Italie, qui passe devant leurs yeux, pour d’autres c’est une gros jouet rêvé voire la Vierge ! Depuis, je ne laisse pas passer une occasion de partager mon plaisir, comme laisser les enfants s’installer au volant pour faire la photo souvenir et les gratifier d’un « travaille bien à l’école » qui fait toujours plaisir aux parents… ! Et je n’ai jamais de réactions négatives. @Franck : Peux-tu nous parler des coûts induits pour une utilisation normale de cette Ferrari (assurance, entretien annuel, grosse révision, imprévus, etc.) ? @tifosi101 : Pour l’assurance, je dirais que c’est le tarif assez classique pour ce type d’auto, autour de 1000 euros pour 8000 km/an en tous risques. Mais au final, je ne fais pas beaucoup de kilomètres dans une année car je n’ai nul besoin d’en accumuler pour être heureux à son volant et les routes « plaisirs » ou les circuits sont à proximité immédiate donc pas ou très peu de ce que j’appelle des « kilomètres inutiles » s’additionnent au compteur. Je ne suis pas le meilleur exemple pour parler coût car en plus de ne pas être un gros rouleur, je ne suis pas client des garages puisque je fais tout moi-même. Cet aspect est d’ailleurs un bon point pour ce modèle car cela signifie que c’est une Ferrari « accessible » pour un bricoleur. L’entretien annuel voire bisannuel selon l’intensité de l’utilisation est très raisonnable et classique pour ce type d’auto. La « grosse révision », devenue plus facile techniquement par rapport à la F355, est un argument d’achat donc tout est dit. Maintenant il y a tout le retour d’expérience, qui est par définition hors échéancier constructeur, mais qui avec le recul dû aux années et aux kilomètres accumulés par les 360 Modena devraient être pris en compte par le programme d’entretien en 2021. Ferrarista est très puissant pour cela car nombreux sont les propriétaires de 360 et, parmi eux, nombreux sont ceux à partager les faits techniques rencontrés. Ma Ferrari 360 Modena de janvier 2000, acquise en 2012 avec 56 000km, totalise aujourd’hui environ 75 000km. Elle dort dans un garage fermé (donc à l’ombre) et tempéré et à chaque arrêt au soleil j’installe le pare-soleil pour les cuirs et elle hiberne en juillet-août pour la préserver de la chaleur du Sud (le compartiment moteur me dit merci). Pour les dérangements que j’ai connus coté habitacle, je citerais les classiques plastiques collants, qui se traitent très bien avec de l’alcool isopropylique, de l’huile de coude et de la patience. Les câbles de commande d’ouverture extérieure des portières (ref. 68602600) qui se grippent dans leur gaine. Le ciel de toit qui se décolle. Le bouton de la climatisation qui ne tenait plus en position OFF (réparé pour zéro euro). La bague de pied du levier de vitesse (ref.174967) qui s’ovalise avec le temps et impacte la manœuvre de changement de rapport. Le plastique du cendrier est de piètre qualité et devient cassant avec le temps. Les joints des portières se tassent avec le temps créant défaut d’étanchéité en partie haute de la vitre et bruit d’air au niveau du rétroviseur. Le plus ennuyeux aura été le potentiomètre de la pédale d’accélérateur (ref. 170038), qui rend le moteur amorphe lorsque la recopie de l’enfoncement de la pédale n’est plus opérationnel (contrairement à la F355, il n’y a plus de câble de liaison entre la pédale d’accélérateur et les papillons des gaz coté moteur, tout est électrique comme un pédalier de Playstation !), une panne classique sur la 360, qui se répare très facilement. Coté compartiment moteur, ma seule vraie défaillance fut le collecteur d’échappement gauche qui s’est fissuré. Je l’ai fait dans un premier temps ressoudé par un pro mais je suis depuis passé sur des collecteurs aftermarket du spécialiste italien Supersprint, conçus pour durer. J’ai également connu la classique fissuration des pattes de support de la marmite Tubistyle et de la patte de liaison des doubles sorties d’échappement. Les deux grosses durites d’eau (ref.181742), qui font l’aller et retour du liquide de refroidissement vers les radiateurs situés dans le pare-choc avant, se sont fissurées avec le temps. J’ai retrouvé après ouverture du plénum d’admission d’air pour une tout autre raison, le papillon de compensation d’air (ref. 182092) qui s’était fait la malle et heureusement les deux petites vis, qui le fixent sur son axe, n’ont pas été aspirées par les cylindres ! Enfin, voyant des alertes « slow down » fréquentes alors que c’était incohérent avec les conditions de leurs apparitions (moteur "froid" par exemple), j’ai remplacé les deux centraline (catalytic temperature control station) par les leurres de signal des thermocouples catalyseurs de chez Technistrada. Le compresseur de climatisation a rendu l’âme, très certainement victime de la chaleur qui rayonne du moteur, mais son remplacement est une formalité en partant sur une base de compresseur de clim d’Opel Vectra B (ex de ref. 8FK351102-001). Coté trains roulants, j’ai connu le défaut suspension signalé au tableau de bord. Il s’agissait du capteur d’accélération vertical (ref. 232690) situé dans le compartiment moteur (victime lui aussi de la chaleur environnante). Lorsque j’ai sorti mon moteur à 67 000km et 16 ans d’âge pour lui faire une belle révision avec beaucoup de préventif et une beauté, j’ai pu constater que les deux silentblocs moteur (ref. 182142) étaient en fait HS mais leur configuration fait qu’il est difficile de s’en rendre compte et qu’ils savent bien le cacher ! Alors que le silentbloc de la boite de vitesse (ref. 186698) se remarque facilement lorsqu’il est HS. Lorsque ce dernier est remplacé, je conseille de l’isoler thermiquement en lui offrant le bouclier thermique dédié (ref. 67912300). J’en ai profité pour remplacer l’embrayage (qui n’était pas HS) et de fait j’ai monté une butée Hill Engineering. J’ai remplacé toutes les durites d’huile, de DA, d’eau et de carburant qu’il m’était donné de faire. En parallèle, j’ai profité de l’accès facilité par la dépose du moteur pour nettoyer en profondeur le moteur et le compartiment moteur, refaire les isolations thermiques et en rajouter là où cela me semblait utile (plaques DEI ref. 634162) et enfin refaire les peintures (vase d’expansion, désaérateur d’huile, couvres culasses, plénum d’admission, etc). La liste des pièces remplacées lors de cette opération fut assez conséquentes (pour environ 6000 euros de pièces) et justifiée par la combinaison de leur âge/vétusté et de leur accessibilité facilité : soufflets de cardans, distribution complète, pompe à eau, tendeur de chaine de pompe à huile avec son axe (tendeur en piteux état…sujet récurrent sur le forum), de nombreux roulement à billes du moteur, silentblocs de la butée moteur, kit de joints moteurs, réfrigérant d’huile de boite de vitesse (autre sujet récurrent sur le forum), révision du démarreur et de l’alternateur par le spécialiste Var Electric Auto, etc. Au préalable, j’avais vérifié les compressions du moteur car si un cylindre était malade ça aurait été la bonne occasion de s’en occuper ! Avant ou après cette grosse révision, j’ai fait du remplacement préventif du style thermostat (ref. 183758), bouchon du vase d’expansion (145030), sondes lambda de régulation de richesse (avant catalyseurs) (Bosch 0 258 007 001), sondes lambda de diagnostic d’efficacité du catalyseur (post catalyseurs) (Bosch 0 258 006 196), débitmètres (Bosch 0 280 218 012), bobines d’allumages (Bosch 0 221 504 015), bougies (PMR8B), batterie (Varta E44), etc. Enfin, mon dernier fait technique, remonte au début de cette année lorsque j’ai constaté que le ventilateur du radiateur d’eau avant droit était HS. J’ai rédigé un sujet sur le forum intitulé « Ventilateur HS sur 360 Modena » et l’important est de retenir qu’un petit caillou peut venir se loger entre les pâles et le cerclage qui les entourent et ainsi bloquer l'hélice et griller le moteur électrique. @Franck : Et si c'était à refaire, que changerais-tu ? Quels conseils donnerais-tu à quelqu'un recherchant cette Ferrari ? Quels sont ses défauts ? A quoi faire attention ? Quelles améliorations peuvent être à prévoir ? @tifosi101 : Famille de « ritals » oblige, ma 360 est réellement considérée comme un membre à part entière par mon cercle familiale proche. Seule la Ferrari peut faire ça. D’où ma devise, qui signe chacun de mes messages sur Ferrarista : « Nul homme ne possèdera complètement une Ferrari. Il en sera juste le gardien, pour les générations futures... ». Donc si c’était à refaire, je le referai mille fois tant cette auto est source de bonheur pour moi, mes proches et une majorité de ceux qui l’approcheront ou l’apercevront lors de ses sorties. Certes ce modèle de Ferrari jouit d’une réputation de fiabilité mais si l’on est puriste dans son état et/ou dans son fonctionnement (dans le sens performance) alors c’est une auto qui demande beaucoup d’attention. Et moi j’adore cela, car comme d’autres Ferrarista qui se reconnaitront, j’aime autant l’entretenir voire l’améliorer quand cela m’est possible et justifié, que la conduire. Cela me demande en revanche beaucoup de temps et de réflexion en me plongeant dans les divers documents techniques à son sujet et les différents forums Ferrari à l’échelle mondiale. A la sortie, je connais chaque fois un peu mieux ma Ferrari, qui est modèle passionnant car novateur pour l’époque et toujours d’actualité par sa conception et son architecture toujours d’actualité. Donc mon conseil pour qui recherche une 360 est à contre-courant de ce qui se dit habituellement car je préconise de trouver une auto saine mécaniquement plutôt qu’une auto avec un beau detailling et de beaux tampons dans le carnet. Cela permet alors de la payer moins cher pour investir l’économie réalisée immédiatement dans une grande révision intégrant tout ce qui est préconisé par le retour d’expérience des sujets Ferrarista. Il ne faut avoir qu’une confiance toute relative avec les « ça a été fait » ou encore « ça sera fait pour la vente »… Ainsi fiabilisée, il sera possible d’utiliser une 360 sans arrière pensée. Maintenant, j’ai parlé de fiabilité et non de performance, nuance... Car nombreuses sont les 360 en « très bon état », qui ne marchent pas comme à leur sortie d’usine. On dit qu’on ne voit pas grandir son enfant, c’est la même chose pour la puissance sur une 360 qu’on ne voit pas se dégrader avec la vétusté (comme toutes les voitures). Je conseille donc fortement de remplacer les sondes lambda des régulation de richesse (avant catalyseurs) (Bosch 0 258 007 001) autour des 50000km. Idem pour les bobines d’allumages (Bosch 0 221 504 015) tant qu’à faire car elles ont chaud ! Pour les bougies (PMR8A ou mieux et moins cher PMR8B) je dirais maximum 15000km. Enfin, et parce que cela m’a pourri la vie, je considère à présent que la 360 est très sensible à l’ampérage de la batterie. Il faut donc une batterie toujours au top de sa forme pour avoir un moteur qui donne bien (les décharges complètes inopinées ont des conséquences irréversible sur la batterie). Pour ce faire je préconise de laisser dormir sa 360 sur maintien de charge CTEK ou à défaut de couper le circuit (mais cela réinitialise à chaque fois les apprentissages des calculateurs moteur). Pour les Ferrari 360 qui roulent trop peu, je conseille de faire réviser les injecteurs chez un spécialistes (avec joints neufs) pour corriger le phénomène de laquage du nez d’injecteur et retrouver une bonne pulvérisation. Toutes ces initiatives auront un impact bénéfique sur la marche du moteur et donc sur ses performances. Parce que le compartiment moteur est une fournaise, je préconise de monter une grille Challenge pour évacuer la chaleur et d’ouvrir le capot moteur à chaque opportunité pour évacuer au plus vite les calories produites par le moteur. Sans quoi les capteurs, les pièces en plastique, en caoutchouc, l’alternateur, le démarreur, le compresseur de clim, etc, en pâtiront. Dans la même veine, refaire les isolations thermiques et en rajouter partout où c’est encore possible (plaque DEI ref. 634162). Enfin, je recommande vivement de conserver en toutes circonstances dans la boite à gant un petit lecteur de diagnostic OBD type ELM327, qui ne coute que 5 euros, mais qui, associé à une application smartphone très simple d’usage type Piston, permettra de checker les codes défauts lorsque le voyant moteur sera allumé au tableau de bord. C’est toujours plus simple, efficace et agréable de connaitre immédiatement la nature du défaut et ainsi de pouvoir juger si on rentre par ses propres moyens en roulant ou si on appelle un dépanneur par précaution. Bien plus efficace que d’appeler en stress un copain ou de lancer une bouteille à la mer sur Ferrarista depuis le bord de la route sans pouvoir donner des détails techniques utiles. Au moins la réponse en retour sera précise. De plus, ce petit lecteur OBD permettra de contrôler les corrections de richesse (LTFT et STFT), indicateurs très importants, qui reflètent le bon fonctionnement des organes que j’ai recommandés de remplacer précédemment. Naturellement, le V8 40 soupapes de la 360 est un moteur très sensible aux conditions climatiques. Certes il est atmosphérique mais il paye le prix de sa forte puissance spécifique donc de sa petite cylindrée. Habitant une région, qui peut être très chaude, j’ai constaté des gros écarts de caractère moteur en fonction de la météo. En été par temps sec et chaud, mon moteur est anémique. Il a toujours "suffisamment » de puissance (dixit Rolls-Royce) mais pour moi son utilisation est sans intérêt, sans plaisir. En revanche par temps frais (genre 20°C) et légèrement humide (lendemain de pluie par exemple) mon moteur a la foudre au point de me donner des frissons ! Ce caractère pointu est exactement ce qui me fait aimer la 360 mais cela peut être un gros défaut pour d’autres et c’est à mon avis pour cela que Ferrari a augmenté de 700cm3 la cylindrée du V8 de la F430 alors qu’il aura fallu 20 ans au bloc de la 360 pour passer de 3.0l sur la 308 à 3.6l… CQFD (« merci » la dieselisation du parc automobile). La 360 n’a pas ou peu de défaut à proprement parler, c’est une Ferrari et une voiture de sport, qui se bonifie avec le temps tant en design qu’en plaisir de conduire. Néanmoins, si elle est plus légère qu’une F355, son gabarit de supercar et son empattement long ne sont pas des plus adaptés aux petites routes varoises. Je considère qu’il y a trois épées de Damoclès au-dessus du moteur de la Ferrari 360 Modena : La mort inéluctable des calculateurs moteurs (ECU), qui ont eu la mauvaise idée de se loger dans le compartiment moteur qui est une fournaise. Conséquence : un moteur inopérant. La rupture de la chaine de la pompe à huile. Conséquence : un moteur HS. En réalité, il s’agit de la rupture du pion ref. 169594, qui fait office d’axe de rotation du tendeur de la chaine. Il existe une évolution de référence donc tout est dit. Sa rupture entraîne la mise en travers du patin du tendeur, qui va s’user prématurément. La chaine va prendre du jeu jusqu’à rompre. La pompe à huile ne va plus être entraînée et donc la lubrification du moteur sera immédiatement interrompue… Le perçage par corrosion de l’échangeur de chaleur à tubes eau moteur/huile de boite qui est situé dans le Vé moteur. Conséquence : boite de vitesse HS. Contrairement à la F355, qui possède la même pièce mais pas le même problème, le fait de ne plus avoir à tomber le moteur pour faire la distribution n’implique plus nécessairement de vidanger le liquide de refroidissement. Et donc avec les années, ce dernier devient corrosif au point de percer un ou plusieurs tubes de l’échangeur et la pression étant plus forte coté eau alors celle-ci va venir polluer toute l’huile de boite, en faisant de la mayonnaise (vérifier régulièrement la surface de l’eau dans le vase, vidanger le liquide de refroidissement à chaque distribution et remplacer l’échangeur asap) Coté amélioration, j’ai adopté une philosophie pour plus de sportivité car je voulais une 360 plus sensationnelle. D’origine la 360 est un compromis entre confort et sportivité, comme toujours avec ce type d’auto, et passé les premières émotions à son volant, j’ai trouvé le modèle trop sage. Pour gagner en sensation, j’ai opté pour : Une géométrie typée « trackday » pour gagner en incisivité. C’est réussi mais en contrepartie l’auto lit davantage la route. Des ressorts courts H&R (ref. 29405) pour raffermir l’amortissement, associés à une hauteur type CS (aucun problème avec les dos-d’âne tueurs). Des jantes en 19 pouces OZ Ultraleggera HLT (merci @oliv !), plus solides et plus légères que les jantes CS et pour autant moins chères. Cela m’a permis d’accéder à un plus large panel de pneus du marché et j’ai opté pour les Sport Cup 2 de Michelin (merci @oliv !) pour une adhérence maximale. Coté freinage, des disques rainurés sur bol alu de chez PFC en taille d’origine pour conserver un soupçon d’homologation du véhicule… que j’ai associés aux plaquettes Pagid jaune type RS29 (ref. 1408), durites avia et liquide de frein Motul RBF600. Le résultat est excellent et - avec mon niveau de pilotage – je peux témoigner sur la piste du Paul Ricard de freins encore et toujours au top même après 40 minutes de roulage non stop. Dans l’habitacle, j’ai racheté les magnifiques baquets monocoques Sparco Carbon Evo issus de la monstrueuse Diablo 6.0 Edo Competition de @canadifucile. Je ne voulais pas des « faux » baquets optionnel de Ferrari, je voulais du monocoque pour avoir une liaison « rigide » de mon fessier avec la caisse pour mieux ressentir les mouvements de l’auto. C’est réussi et en prime leur sellerie cuir noir avec surpiqures rouges se mariait d’office avec mon habitacle et les passages de harnais sont strictement les mêmes que ceux des sièges baquets Ferrari. A cela, j’ai ajouté les harnais rouge Sabelt (hommage à la F40) livrés avec les sièges mais c’est uniquement pour un usage circuit pour gagner en maintien avant-arrière et même si le montage est réalisé suivant les spécifications de ORECA, j’ajoute toujours la ceinture de sécurité (« ceinture et bretelles » comme on dit). Coté moteur, la reprogrammation de AV Engineering me fait de l’œil, mais en attendant je n’ai fait qu’installer des filtres sport K&N pour le plaisir d’entendre le sifflement d’aspiration d’air à faible charge. Par contre, je suis un adepte de l’huile de grade 10W60, recommandée par le manuel pour les usages intensifs ou en pays chauds et je déplore de voir du 5W40 dans la majorité des moteurs (certes c’est moins cher…). Enfin, last but not least, l’échappement « libre » pour mettre en valeur le son naturellement F1 du bloc à 40 soupapes. Je serais intéressé par une marmite (par abus de langage) type X-pipe mais déjà avec les collecteurs d’échappement Supersprint (gros diamètre), les bypass et la marmite Tubi, le son est jouissif ! Mais fatiguant… Et les envolées du moteur à haut régime encore plus rageuses, au détriment d’une dégradation des reprises sous les 4000 tr/min. @Franck : Comment utilises-tu Ferrarista pour ton expérience avec ta Ferrari ? Que t'apporte la communauté Ferrarista ? @tifosi101 : Ferrarista est bien plus qu’un forum sur le web. C’est avant tout un club virtuel où l’on se fait très vite et très sainement des copains et des Amis dans le réel, c’est un Wikipedia de la marque au Cheval Cabré, c’est un manuel d’atelier au nombre infini de pages. Ferrarista est même addictif pour bon nombre d’entre nous, il suffit de voir la participation quotidienne. Ferrarista permet de cibler avec précision son besoin, son choix avant achat. Une fois concrétisé, Ferrarista permet de vivre sa passion avec d’autres Ferrari lors des sorties mais aussi de vivre au mieux un problème technique grâce à l’entraide naturelle et spontanée qui y règne. Car pour moi, clairement le point fort de Ferrarista, c’est la richesse et la précision technique des informations qui y sont partagées. Le retour d’expérience y est très grand sur ce forum, les propriétaires sont nombreux à faire part, sans snobisme et sans se cacher, de leurs déconvenues et les expliquent pour éviter à d’autres de subir la même mésaventure. Il y a des techniciens - au sens noble du terme - de grand talent sur ce forum, qui partagent leur savoir, expliquent et même dédramatisent pour aider à mieux vivre une panne. D’autres ramènent à la raison lorsque les devis sont délirants ou proposent leur aide dans la vraie vie. C’est très puissant et la quantité d’information utile contenue sur Ferrarista contribuera à garder nos Ferrari en état de marche pendant très longtemps. Ce site ne doit de fait jamais fermer ! Sans oublier le 2ème Meeting National Ferrarista, que j’ai eu le plaisir d’organiser avec d’autres membres du forum avec lesquels nous formions la "Squadra du Sud » et qui fut un grand moment de passion et de partage. Forza Ferrarista ! Et merci à tout ceux qui le font vivre que ce soit avec une simple remarque, une belle photo ou un calcul savant. @Franck : Merci @tifosi101 pour ton retour d'expérience passionnant à lire, une vraie bible ! Qu'avez-vous appris en lisant cet article ? Quels détails supplémentaires souhaiteriez-vous obtenir ? Si vous possédez une Ferrari 360 Modena, que pourriez-vous ajouter ? Si cet article vous a plu, vous aimerez aussi : - Essai longue durée : la Ferrari 360 Modena de Boz352 - Essai longue durée : 25 000 kilomètres en Ferrari 360 Modena - 20 membres fêtent les 20 ans de la Ferrari 360 Modena - Essai longue durée : la Ferrari F355 de LeMans65
  8. 11 points
    @488pista Tu veux pas un peu fermer ta gueule et aller jouer aux billes au lieu de polluer ce forum de passionnés ? Tu emmerdes tout le monde tu comprends ? Tu sais ce qui va se passer ? Demain ou après demain quand @Franck va se reconnecter, il ne l’a pas fait depuis mardi, tu vas te prendre un avertissement, mais comme tu n’écouteras rien, d’ici quelques jours tu vas te faire bannir !!!! On attend tous ça avec impatience, tu pollues le forum et tu n’apportes rien de positif.
  9. 10 points
    Il y a 3 ans jour pour jour, je signais l'achat de notre 612 , avant un retour Prague/Paris le lendemain d'une traite, l'histoire de confirmer son esprit GT utilisable par tout temps. 3 ans plus tard, toujours aussi content de cette dernière, je dirais meme toujours aussi surpris d'avoir réussi à être le gardien du temple d'un aussi beau modèle. Son usage a été plus restreint que prévu, en cela le Covid n'a pas aidé. Le pèlerinage en terre sainte n'a pu etre organisé encore, et les voyages en famille n'ont finalement pas été nombreux pour le moment. Mais je me souviens notamment d'un roadtrip de plusieurs jours à 4 en visitant les chateaux de la Loire (quelle balade cruiser en famille en V12 Ferrari, quel pied!). A cette occasion d'ailleurs, elle est vraiment devenue le 5ème membre de la famiglia. A ce jour, sa plus grande balade fut le Meeting Ferrarista 2 de la Squadra du Sud dans les Gorges du Verdon, 2500Km en 4 jours, là encore sans broncher. Environ 8000Km réalisé ensemble durant ce temps, sans problème majeur. Les seuls éléments ont été des plastiques extérieurs devenus cassants dans le temps (éclairage de plaque, éclairage des seuils de porte situés sous les rétroviseurs extérieurs). Actuellement j'ai la molette de la fonction siège chauffant du siège passager qui, en fonction du temps, déclenche de façon intempestive le chauffage du siège. Il faut que je regarde pour démonter le panneau du siège et traiter les contacts. En bref donc: des broutilles. Aucun soucis, elle est faite pour rouler. Toujours aussi étonné par ses courbes, remplies d'histoire à bien y poser un oeil avisé. Plantureuse sous certains angles, d'autres restent à proscrire, c'est dans ses traits. Coté intérieur, l'intérieur tout cuir respire encore l'odeur du cuir. Un peu galère d'entretenir le cuir jusqu'au plafond, mais heureusement que le toit electrochromique est là pour réduire la surface à traiter . Quel pied de pouvoir continuer à émoustiller tous ses sens au volant de cette belle. Son utilisation restant restreinte, je suis toujours surpris à chaque fois que je la reprends en main: je n'arrive toujours pas à réaliser qu'elle est à nous (d'autant plus maintenant que mon crédit sur 36 mois a pris fin ). C'est toujours une nouvelle découverte et je suis toujours autant étonné par ce fort caractère se mélangeant à une certaine docilité. La plus grosse surprise vient en fait de sa boite. Certes, le moteur est un acte à lui tout seul, mais la boite est impressionnante dans cette auto: violente et souple à la fois. Une GT mais avec un fort caractère. La boite à elle toute seule résume l'auto. Coté entretien, bien sûr, on ne lésine pas. Hors sujet CCM (et ce qui va avec: plaquettes CCM, prestation de démontage remontage pour pesage au gramme près des disques, prestation de montage, etc...), on tourne environ à 3000€/an. Ont été compris dans ce budget, outre les révisions ("normales", la grande est pour l'année prochaine): changement des garnitures du frein à main, batterie, dévoilage de 3 jantes, un set de Michelin PS4S avec nouveaux capteurs TPMS, changement de différentes pièces plastiques, 1 boitier Scuding relais F1. Elle va découvrir prochainement son nouveau terrain de jeu: les routes du Morbihan. De ce coté de la Bretagne les routes sont plutot pas mal et roulantes, mieux en tout cas que celle des Cotes d'Armor qui constituent mes origines. Je pense qu'elle va avoir plus l'occasion de pratiquer du bitume car il faut bien avouer que la région parisienne m'a bien limité dans son usage: ne l'utilisant jamais en mode auto, il faut bien avouer qu'elle n'est pas la plus agréable dans les bouchons (mais comme une bonne contemporaine n'a pas de pbm de températures ). Autant que faire se peut, elle continuera à aller chez Fiorano malgré la distance car j'ai trouvé des gens honnêtes, pragmatiques, proposant une stratégie d'entretien adaptée, et sachant s'adapter. Enfin, dernier aspect et non des moindres: meme si Ferrarista m'était déjà largement ouvert par la gentillesse de ses membres rencontrés durant les voyages à Maranello, elle constitue un super passeport pour de très belles balades, de fabuleux moments et de très belles rencontres. Impossible de tous les énumérer bien sûr, sans compter tous celles à venir. Grazie a tutti et grazie a Gina. Credits: ag.carshots sur Instagram. Merci à lui pour m'avoir transmis les photos de ses spottings me concernant.
  10. 9 points
  11. 9 points
    Si dans le cas du circuit d albi la justice pouvait s inspirer de cette décision !
  12. 8 points
    Teasing ... normalement je la récupère mercredi ! J'ai hâte de la voir en vrai ! Sur les photos, elle est magnifique (à mon goût).
  13. 8 points
    J’adore ton idée du bar!! Je sais pour avoir échangé souvent avec toi, que tu as bien compris ma philosophie , et la recherche d’exception, de radicalité et rien d’autres. Maintenant, je suis en train de m’organiser pour avoir du temps pour rouler avec toutes, en sorties, roadtrip mais aussi piste! C’est l’essence même de ces séries spéciales, et je ne supporte pas l’idée de les voir stockées sans jamais rouler ou presque. Tout comme je ne supporte pas les autos vendues à certains clients « Top ou VIP ou je ne sais quoi », qui reste stocké, parfois même pas immatriculées, dans des box, voir directement chez le concessionnaire!! Certains clients ne viennent même pas voir leur voiture!! Dingue. Moi, je veux partager avec vous, avec les passionnés et rouler.
  14. 8 points
    Ce 2 mars 2012 a 15H00 et il y a 10 ans, je prends livraison de la Challenge Stradale, et qui deviendra « MA » C.S … Quel moment unique pour tout passionnés d’automobiles ! Il y en avait finalement pas mal sur le marché en vente en 2012 ( 7/8 sur La Centrale ) …En tout cas , je fis le choix de celle-ci avec 26000 kms sans l’essayer ( impossible chez le concessionnaire Gauduel Lyon ). Affichée à 116000 euros, je l’obtenus a 110000 euros avec une garantie et une préparation complète ( distribution… embrayage …. ). Quelques critiques quand même sur Ferrarista sur le budget que j’avais consacré mais ne dit-on pas que les conseilleurs ne sont pas les payeurs ? La voiture est toujours au garage en ce mois de mars 2022 .. Je ne l’utilise que trop peu mais chaque instant à son volant est un plaisir rare. Elle restera en ma possession et j’aimerais lui adjoindre une petite ou grande sœur … Merci a Ferrarista de m’avoir aider à valider mon choix et longue vie au forum. Olivier
  15. 8 points
    Je me suis laissé aller, arrivée en drift!
  16. 8 points
    ça y est , la decision est prise je me suis trituré les meninges ( ou ce qu'il en reste... ) pendant une bonne semaine , matin midi et soir pesé le pour et le contre , comparé des tas de criteres pas vraiment comparables , immaginé le meilleur et aussi le pire . j'ai relu plusieurs fois tous vos avis , mais sans que cela ne me decide vraiment , j'en ai parlé avec des collefues de travail , avec mon frere , qui est tout aussi cintré que moi mais rien n'y a fait , j'etais toujours aussi indecis et puis hier au soir , (nous etions rentrés à la maison bien aprés minuit ) , et alors que j'etais descendu au sous-sol prendre une bouteille d'eau , j'ai machinalement jetté un oeil sur le coté gauche du garage ( comme je le fais à chaque fois que je descends au sous-sol ) dans la faible lumiere, elle etait là , tapie dans la penombre, prete à bondir , intrigante presque menacante , je me suis reculé un peu , me suis accroupi pour mieux la regarder de coté , en me mettant à sa hauteur , à hauteur de sa porte et de son aile arriere peut etre un peu(beaucoup ) trop d'alcool durant la soirée , bref pas vraiment dans mon etat normal , j'ai regardé mon auto , mon "jouet" , d'une façon inhabituelle , un peu comme si ce n'etait pas la mienne , un peu comme si je decouvrais une Testarossa pour la premiere fois ( et pourtant c'est ma deuxieme ) j'ai ouvert la portiere conducteur , mis le contact , mis les lumieres , et les quatre gros yeux jaunes se sont ouverts et m'ont regardé fixement, un peu comme si toute la voiture me lancait un defi . et là , à voix haute , je me suis à moi meme "Putain qu'elle est belle ..." , phrase que je j'ai repetée 2,3,4 fois , je sais plus bon , je crois que j'etais quand meme un peu "bourré" , et j'ai parlé à mon "jouet" , lui disant à voix haute " t'inquiete pas , je te garde" s'il n'avait pas été aussi tard dans la nuit, je crois bien que j'aurais meme demarré son gros coeur de 12 cylindres pour entendre ( peut etre... ) sa réponse . oui je sais ,c'est particulierement con de parler à une "bagnole" , mais ce n'est pas une simple bagnole , cette bagnole c'est "ma mienne à moi" , c'est une Ferrari 512TR , c'est ma 512TR . ces "reflexions profondes" il fallait que je les partage avec vous , avec des gens que ces autos font vibrer , avec des gens qui tout comme moi , ont revé du "cavalino rampante" depuis leur plus tendre enfance impossible de raconter tout ça à mon epouse , elle me dirait "decidemment ça ne s'arrange pas avec l'age" , et puis de toutes façons , elle ne comprendrait pas , elle ne peut pas comprendre ce genre d'emotions et de sentiments pour un simple tas de Ferraille . oui , je vais conserver mon auto , et pour un bon bout de temps je crois... bon week-end à tous et forza Ferrari
  17. 8 points
    Bon, nous y voilà...Comme évoqué par ailleurs (Ferrari croisées dans la rue), j'ai récemment repris la route pour respirer à nouveau le bon air d'Italie ! Il y a quelques mois, Canossa Events (spécialisé dans l'organisation d'évènements hauts de gamme) et Cavallino (le magazine créé en 1978 et le Cavallino Classic de Palm Beach) ont annoncés leur mariage. A l'occasion du 30ème Cavallino Classic (fin avril), les 2 partenaires ont annoncé conjointement leur volonté d'organiser un 1er évènement en Italie, en hommage à Enzo Ferrari. Profitant de l'ouverture des frontières et d'une sensible amélioration de la situation sanitaire, la programmation de ce premier Concorso di Modena a été fixée au week end du 2 au 4 juillet, simultanément aux festivités de la Motor Valley. C'est le chef Italien de renommée internationale, Massimo Bottura, qui était l'hôte de ce concours, dans son établissement "la Casa Maria Luigia", à une dizaine de kms du centre de Modena. La configuration des lieux se prêtait parfaitement à la tenue d'un évènement à caractère très privé, avec un nombre limité de voitures (une trentaine) et de visiteurs. Le concours s'est tenu le samedi, et les invités / médias - dont j'ai eu le privilège de faire partie - répartis entre le matin et l'après midi pour limiter l'affluence. En plus du concours, les voitures se sont déplacées pour une parade dans Modène le samedi en fin d'après midi. Beaucoup des modèles présentés n'avaient pas été vus depuis de très nombreuses années. J'ai pour ma part pu découvrir pas mal de N° de châssis jamais vus. La grande majorité est stockée en Italie, et plus particulièrement dans la région, ce qui a certainement guidé la sélection. Pour une première, c'est une incontestable réussite. Evidemment, on peut discuter du choix des voitures présentées, on en aurait souhaité d'autres, certaines mieux disposées dans le parc, quelques degrés de moins (un gros 30°), plus de temps pour en profiter...Personnellement, j'ai pu constater après coup, en visionnant mes photos, que mon "oeil", au repos forcé depuis trop longtemps, a sans doute manqué de réactivité et de précision, mais je ne boude pas mon immense plaisir ! Reste à espérer que ce concorso aura une suite.... A votre disposition pour compléter, préciser quels modèles, etc... Quelques images, et une plus large sélection ici : https://photos.app.goo.gl/U18Hf5kuh85BAug79
  18. 7 points
    Merci à tous ! La suite maintenant : Le choix d'une petite piste permet aussi d'éviter les trop grosses prises de vitesse et donc de risque pour un casting d'invité peu ou pas habitué à rouler sur piste (du moins pour 90% d'entre eux). On commence par un vrai briefing sur les bases du pilotage (position des mains, choix des trajectoires et explication du déroulé de la journée). Au programme : - Un tour de piste en passager pour comprendre la piste. - Un "ability contest" consistant à un tour chronométré sur un parcours d'agilité en mode 100% électrique. - Trois sessions de 5 tours au volant de l'auto accompagné. C'est donc parti pour un tour de piste en passager, petite vidéo avec la F8 pour que vous vous fassiez une idée : Un peu perplexe sur le choix de la piste mais finalement assez emballé par la physionomie, il y a toute ce qu'il faut pour s'amuser. Ability contest : Là aussi j'étais un peu perplexe sur l'intérêt de l'animation mais finalement c'était assez ludique et on se prend vite au jeu. C'est assez facile et rigolo de le faire ne full élec. Très orgueilleux que je suis, je tiens à vous dire que j'ai fini 6ème de la journée (sur 60 invités) et que j'aurais fini premier si je n'avais pas tapé un cône en fin de tour. Il fallait bien ça pour Ferrarista. j'ai mis en attachement deux vidéos que l'on pourrait appeler "deux salles, deux ambiances" avec un même tour de piste en thermique et en électrique. Vous verrez que même de l'extérieur ça sonne plutôt pas mal (du moins sur les deux premiers tiers d'utilisation du moteur) même si en pleine charge ça siffle surtout. Le son c'est l'exact opposé de la 599, dans cette dernière l'extérieur en prend plein les esgourdes alors qu'à l'intérieur c'est quasiment mutique. La 296 c'est l'inverse, les temps modernes que voulez vous ? Sessions de piste : C'est bien là le point d'orgue de cette présentation pour moi, franchement très agréablement surpris par le fait que Ferrari n'hésite pas à mettre à l'épreuve sa voiture et ses clients sur des sessions de piste relativement longues, pas très habituel à Maranello. La première session se fait un peu en mode découverte de l'auto et découverte de la piste. Mention spéciale à l'approche des instructeurs : pédagogues absolument pas restrictifs et même plutôt pousse au crime . Qu'est ce qui ressort de plus par rapport à l'essai de la veille ? - Le train avant toujours, vraiment très directif et précis, on sent vraiment qu'il aime bien être chargé au freinage pour ensuite te permettre de granulariser au maximum ta trajectoire. - Le train arrière suit avec beaucoup de vivacité tout en étant particulièrement stable (l'électronique aide beaucoup). - Le moteur, toujours ce punch phénoménal avec une allonge et une musicalité qui te permet de te rendre compte où tu te situes côté RPM. Sur la 488 je me faisais pas mal surprendre par le limiteur (700tr/mn de moins également), sur la 296 ça ne m'est jamais arrivé et pourtant je peux vous garantir que ça marche ! Toujours épaté par ce caractère à double étage qui est souvent l'apanage des (bons) moteurs atmo. - Les freins, moins convaincu que la veille sur route pour être honnête mais comme vous le verrez plus tard certains circonstances peuvent l'expliquer. Le dégressif est plutôt facile à faire avec une pédale bien dure qui permet d'être serein et de placer l'auto correctement. Mais ce qui m'a déplu c'est plutôt le manque de constance, j'avais toujours une forme d'appréhension en fond de ligne droite en me demandant comment ils allaient réagir cette fois. Rien de dramatique cependant mais c'est à noter. - Côté amortissement j'ai trouvé ça un peu souple pour l'exercice qui nous occupait, mais bon ça reste une auto de route. Pas eu l'occasion de tester l'Assetto Fiorano qui est plus ferme. Mais globalement la plonge et le roulis sont bien maîtrisés. J'ai vraiment bien aimé le format proposé, cela permettait de vraiment profiter de l'auto, de hausser son niveau mais aussi de s'arrêter au bon moment et de pas aller faire le tour de trop, celui qui t'envoie dans le mur. J'ai fait deux des trois sessions avec le même instructeur avec qui j'ai bien accroché et j'ai adoré ses conseils et la rapidité avec laquelle les progrès apparaissent. On sort de l'auto pas ultra éprouvée, facilité de prise en main, électronique qui aide beaucoup et climatisation très efficace font qu'on a bien profité mais qu'on est pas non plus comme Verstappen à Miami. Dernier point sur la conduite, l'électronique justement. Ce serait vulgaire de dire que cette auto n'est QUE électronique mais on ne peut pas nier le fait que c'est omniprésent dans l'expérience de conduite. Il y a deux aspects paramétrables : - Le manettino classique à droite avec les modes que l'on connaît : basse adhérence, pluie, sport, race et ESC Off. - Une sélection de mode thermique électrique à gauche du volant : full électrique / hybride / performance / qualifying Etant bien vu et bien en confiance avec mon instructeur, j'ai été autorisé à rouler en RACE et en mode Quali alors que 90% des autres invités étaient eux obligés de rouler en Sport et en mode performance (quali pour certains). J'ai fait la première session en Sport et franchement on sent et on voit (avec les voyants ASR) qu'on peut faire quasi n'importe quoi et que l'électronique gère le reste. Dans ma config (RACE et Qualifying) l'auto était bien plus permissive et directive, je n'ai pas vu (avec les voyants) ni senti l'électronique se pointait mais je suis 100% sûr qu'elle m'a aidé. C'est aussi ça la force de Ferrari : te faire croire que t'es le patron et que tu vas super vite alors que c'est elle qui te tient par la main. Mais l'électronique a ses limites pour les plus joueurs : Et l'électronique fait également apparaître des phénomène complètement inconnues, on attend que le monsieur finisse de regarder attentivement les freins : On regarde les quatre disques et qu'est ce qu'on voit ? Oui ce sont bien des disques CCM quasiment raides morts, normal vu l'utilisation vous me direz ? Pas tout à fait puisque ce sont les freins arrières qui sont dans cet état ! L'électronique est tellement obliger de pincer les roues arrières pour compenser le manque de progressivité des apprentis pilote au volant que les disques avants restent relativement frais tandis que les arrières deviennent de vraies râpes à fromage. ça aussi c'est le mal de notre époque ! On profite une dernière fois de l'hospitalité Ferrari avant d'aller déjeuner et de repartir pour la France. Deux petites remarques des petites indiscrétions glanées ci et là : - La Roma est un bide commercial, les dealers n'arrivent pas à revendre leurs VD et la prise de commande est proche du néant. - J'ai trouvé le staff Ferrari très "pushy" sur les intentions d'achats des invités sur la 296 GTB et sur le FUV, c'est un sentiment partagé par tous les invités présents. On sent clairement qu'ils veulent et ont "besoin" de faire beaucoup plus de volume qu'avant. - Pas mal d'intentions d'achat et de prise d'info de la part des invités, Ferarri a l'ai content de la prise de commandes mais beaucoup d'intéressés attendent la GTS avant de signer le bon de commande. Voilà Mesdames, Messieurs, c'est tout pour moi, j'espère avoir été instructif, n'hésitez pas si vous avez des questions ou des demandes de précisions. J'ai passé un super moment, l'impression d'être un vrai privilégié dans le saint des saints au delà du plaisir ressenti par l'essai de cette auto qui m'a franchement plu. Je n'ai pas 300K€ à mettre dans une auto aujourd'hui mais je comprends complètement ceux qui vont se laisser tenter, c'est une auto bien née, bien dans son époque mais avec un vrai caractère. Donc bravo aux futurs propriétaires. Vidéo.mov Vidéo_1.mov
  19. 7 points
  20. 7 points
    A mon tour de célébrer ma première décennie de vie commune avec ma 360 Une Ferrari qui répond parfaitement à ma passion pour la marque Une Ferrari que j'apprécie plus encore aujourd'hui et cela d'autant plus quand j'observe sa succession. C'est reparti pour une décennie supplémentaire ! Forza la Modena, Forza Ferrari
  21. 7 points
    Voilà, ça avance, pas encore terminé mais la famille est enfin réunie!! Un rêve, incroyable de les voir toutes les 5!!
  22. 7 points
    Et mise en place dès l'entrée d'un stand de tir aux pigeons...
  23. 7 points
    Tiens le père Noël Ferrari à pensé à moi! …. avec 20 mois de retard , reçu ce jour une reproduction au 1/43 de ma Pista, dans un très beau coffret et accompagné de quelques photos prises sur la chaîne de production. Une belle surprise!
  24. 7 points
    Chris Harris s'émerveille !
  25. 7 points
    @Jérôme46 Tu as mon "like" quotidien. Amen!... Certains ont effectivement été CDM avec des circonstances de course discutables, mais jamais du SEUL fait de la décision de la Direction de Course... Max est combatif, talentueux, fougueux, jeune, agressif, mais quand on t'offre 2 victoires sur un plateau (Pas une, mais deux !) tu les prends bien évidemment et tu savoures ta victoire... Senna/Prost c'était des accidents volontaires comme il y en a eu cette année, à l'époque Ballestre avait tranché avec toute la "diplomatie" qui était la sienne et on en parle encore... Mais là, on est quand même en plein délire, car la décision de ne laisser passer QUE les 5 voitures entre les 2 premiers pour qu'ils puissent se battrent tranquillement en laissant des retardataires devant Sainz 3ème est Inacceptable, il a failli perdre son podium !... C'est comme si seules les 2 premières places avaient de l'importance et qu'on se fichait complètement des autres compétiteurs !... Ce sont les jeux du Cirque !... Sainz dit lui-même que personne ne se souviendra de sa 3ème place et Ricciardo à eu un "drôle de sentiment" quand il a entendu qu'on ne laissait passer QUE les 5 autos entre les 2 premiers... Moi, je veux bien tout entendre, mais là faut quand même qu'on me sorte les arguments qui justifient cette décision. Et si Mercedes va en appel, je ne donne pas cher du titre de Max (Et je le regrette pour lui car il n'y serait strictement pour rien et qu'un plus il a fait magistralement le job !) et de la tête de Masi... Alors nous, spectateurs et passionnés on en débat, mais qu'en pensent les principaux intéressés ?... Là, c'est unanime et sans appel !... https://fr.motorsport.com/f1/news/gestion-safety-car-confusion-pilotes/6880608/ https://f1only.fr/george-russell-fia-mercedes/
  26. 7 points
    Très belle présentation @Debroot (si on excepte la taille de la police de caractère ), bienvenue à toi. A travers cette très belle présentation, on peut voir que tu aimes écrire, et raconter de belles histoires. Alors, je vais t'en raconter une moi aussi. Acte 1: 2016 En 2016, un ancien collègue et ami me propose de le suivre dans son périple annuel à Maranello qu'il organise pour 12 fous furieux. Moi, j'étais alors plutot orienté Porsche que Ferrari, et nos discussions quelques années auparavant à la cantine du boulot étaient d'ailleurs parfois animées! Je me dis "why not" mais en étant un peu dubitatif car assez hermétique à tout cela. On descend donc à Maranello en BMW, la seule non Ferrari, mais j'avais une excuse: c'était l'auto de l'organisateur. Et puis, le premier jour là bas, un gars nous dit: "eh les gars, vous etes en BMW? Laissez là au parking, il y a des places dispos dans des Fefe!". Je ferai le premier jour en F430 spider, avec à la clé 5 min à son volant (oui c'est peu, mais c'était pour retourner à l'hotel et ce fut....Via Abetone à Maranello!). Le deuxième jour, ce meme gars me dit "Aller, rebelotte, la BM au parking, tu montes avec moi aujourd'hui!". On va visiter l'usine Maserati le matin, puis Pagani je crois. Pendant tout ce temps, je profite des magnifiques vocalises de l'instrument de musique de mon voisin, ainsi que du "chklong" si caractéristique. Vient le moment de s'arreter tous faire un ravitaillement. J'en profite pour faire quelques photos de cette situation incroyable de voir tant de Ferrari alignées (tiens, c'est bizarre, il me semble que 2j avant je pensais etre assez hermétique à tout cela...) On était quasiment les derniers. Je remonte dans l'auto. Et c'est ce moment que choisit mon pilote du jour pour me tendre les clefs, et me dire "Ah non, maintenant c'est à toi de conduire!!!". Moi?!? mais.....je n'ai conduit en tout et pour tout que 5 min en Ferrari!! Ni une ni deux me voila pourtant assis coté conducteur, assez impressionné (et stressé) avec son très charmant proprio d'alors, @camille m'expliquant les quelques rudiments. Et me voila parti à naviguer, que dis-je, voler au volant de ce vaisseau, jusqu'à la fabrique de parmesan bio de Panini. Arrivé chez Panini, je me gare, rapidement encerclé par une Giallo magnifique et une tout aussi belle Rosso (ne serait-ce pas tienne d'ailleurs @Ben84?). Quel beau souvenir, un moment magique. Ce jour là a contribué à me changer à jamais, et cette Ferrari, ta Ferrari, est celle qui a contribué à ne pas que je veuille en rester là et m'a motivé à avoir à terme MA Ferrari. Acte 2: 2018 Les finances ne sont pas encore tout à fait prêtes, mais je suis assidu dans mes recherches, je me renseigne sur tout. J'ouvre sur Leboncoin une nouvelle annonce: la premiere photo était prise du conducteur, en roulant, volant en main. Et écoute, je ne sais pas te dire pourquoi, mais cette photo m'a remplit d'émotions car cela me rappelait ce que j'avais eu l'occasion et la chance de faire 2 ans avant. J'avais une connexion à cette photo, très étrange, à tel point que j'appelle ma femme pour lui dire "Ahhhhh, il y a 2 ans, j'étais au volant d'une identique!!!". Puis, en balayant les photos, je finis par lui dire: "Mais non!!! Pas une identique, c'est celle là!!!" C'était celle que j'avais eu en main un beau jour de printemps à Maranello! Véridique! Acte 3: 2019 Les finances passent au vert, Madame est Ok, tout est aligné et je file droit vers ma future Ferrari... Mais ceci est une autre histoire.
  27. 7 points
  28. 7 points
  29. 7 points
    Très belle journée aujourd’hui avec plusieurs « Ferrarista boys « pour cet événement caritatif : Le rallye du Coeur édition Nantes ! Kani56 et madame ont exploser sur leur auto les promesses de dons pour cette noble cause que le combat contre le cancer de l’enfant . Chapeau bas . La Pista a de plus susciter tout les suffrages
  30. 7 points
    J'ouvre la série de belles photos souvenirs devant le rideau symbole de notre meeting.
  31. 7 points
    Bonjour à tous. je mets ici deux photos de groupe qui vous feront certainement plaisir et qui doivent vous rappeler de beaux souvenirs.
  32. 7 points
    Petit décrassage auditif pour mes 1ers tours de roue sur circuit avec la F12
  33. 7 points
    Il y a tant à dire sur ce superbe 2ème meeting, tant déjà écris, donc je ne vais pas m’étaler et faire de la redite. Un grand merci à Franck, le fondateur de ce club, qui grace à ce club notre passion est décuplée. Mais lorsque nous sommes unis dans un endroit sublime, digne des grands films entourées de nos divas ( beau pseudo @ladivademaranello26) et avec autant de généreux gentlemen - women drivers qui n’hésitent pas à nous faire réaliser nos rêves de gosses, notre passion, nos rêves d’enfant brillent de mille feux. Spéciale dédicace à mes faiseurs de rêves, @kani56 @Hub56 @Palmer @camille….un gros gros coeur pour vous et merci d’avoir gravé dans ma mémoire ces rêves devenus réalités! Un grand merci à la squadra du Sud, encore une grosse bise pour @camille, tu es simplement la définition du mot bonté et générosité, c’est bon d’être un de tes amis. Sans ce club, je n’aurai pu rencontrer un couple d’ami qui m’est tres cher maintenant, @Zaz et Joyce, à bientôt sous les tropiques. Il y a tant d’autres membres que je souhaiterais encore et encore revoir bientôt, je ne peux tous vous nommer mais sincèrement le cœur y est! J’envoie les videos de drone à notre cinéaste réalisateur, et je vous joins ici quelques photos…j’ai encore du tri à faire, mais suis limité à 58 MB en total. On commence par Taulanne, et le vendredi au Luc. Vivement le 3ème meeting. ForZa Squadra du Sud, et longue vie à Ferrarista Club….. Pour le prochain meeting, svp, n’utiliser pas nos amis « made in China » pour les polos
  34. 7 points
    A mon tour de vous remercier ! Même si on s'est pas souvent croisé sur le forum, c'est grâce à vous que j'ai pu acquérir ma 1ère Ferrari en 2015 à savoir une Scud. Depuis je suis passé à la F12 y a 6 mois avec toujours autant de plaisir et ce week-end de 3 jours avec vous m'a permis de la tester un peu sur circuit puis dans les superbes routes des Gorges du Verdon. Résultat je vois pas comment je pourrais avoir mieux que ça à l'avenir, elle coche tous mes critères et me donne un énorme sourire dès que je prends le volant. Maintenant je voulais vraiment vous remercier parce que j'ai passé un de mes plus beau week-end "voiture" avec vous. Passer 3 jours avec autant de bonne humeur et de sourires au sein de ce "groupe" et en dehors avec tous les gens croisés sur le bord des routes avec les yeux qui brillent, ça n'a pas de prix ! Merci également pour votre accueil car je connaissais finalement assez peu de monde du forum avant ce week-end et à la fin j'avais l'impression de vous connaître depuis un moment. Un énorme merci pour cette organisation sans faille de la part de Vincent/Camille et toute la Squadra du Sud, Alain/Trois cinquante cinq pour m'avoir "guidé" au sein du groupe, Michel/Mimix pour la présentation et tous les membres et conjoints avec qui j'ai pu échanger et partager de super moments, je vais citer personne parce que je risque d'en oublier Je vais me souvenir longtemps de ce week-end et j'ai hâte de vous recroiser ! Stéphane 2 photos pas très originales
  35. 7 points
    DERNIER POINT INFO DU 20 SEPT 2021 RECIT D'UN WEEK-END DE RÊVE. Retro Pour moi le Meeting a démarré dès le mercredi 15, avec un repas en toute intimité avec Isabelle, Franck ( @kani56 ) et Brigitte mon épouse. Soirée de douceur à Bandol au Méditerranée 2.0 au bord de mer. Le jeudi 16 derniers préparatifs..c'est l'angoisse..serons nous prêts? En fin d'après midi petit roulage et nous nous retrouvons, avec tous les amis de Bretagne et d'Ardèche au Restaurant de la Clue, à la Treille dans l'est de Marseille. Belle soirée, juste les aludes pour nous gêner. Le vendredi 17 réveil très très matinal après une nuit quasi blanche. Après avoir passé les habituels et interminables bouchons toulonnais, nous voilà au Circuit du Luc. Les Ferrari arrivent en flot continu. Les 2 Lambo sont là, la Corvette et la Tesla aussi. Patrice et Christelle ( @DiGreg ) arrivent en Ford Focus. La squadra du sud s'active. Briefing et quelques mots de bienvenue. Journée exceptionnelle, une météo idéale, des pilotes instructeurs rien que pour nous. Certains sont restés jusqu'à la fermeture de la piste...n'est ce pas Franck, Jean Philippe, Alain.... Le soir Cocktail à l'extérieur et repas au château de Taulane que beaucoup ont découvert..une pépite ce château. Tirage au sort pour un cadeau inattendu : séjour offert par la direction de Taulane. Et c'est @DiGreg qui est sorti du chapeau. Et la première vente aux enchères suit, très animée pour un tableau de notre talentueux artiste maison, Eric @LINO27. Et @guillaume84 repart avec son très réaliste tableau F1 et Schumacher. Le samedi 18 je vais mieux tout se déroule suivant nos plans. RDV et regroupement de 68 ferrari sur le parking du Casino ouvert, de Castellane devant un public de clients médusés. Un peu la pagaille il faut le dire. Roulage le matin autour du lac de Castillon...malgré un RB très détaillé certains ont fait la boucle à l'envers...Ils ont compris l'erreur que lorsque ils ont vu arrivé en sens contraire l'Armada Ferrari. Point de ralliement au musée Citroën de Castellane. Pause déjeuner bienvenue. Arrivée à l'Hôtel Spa des Gorges du Verdon devant des habitants et touristes ébahis, tout sourire, caméras et appareils photos vissés à leurs yeux. Cocktail et tirage au sort contestédes équipes de Karts puis repas. Météo de rêve et paysages uniques devant nos yeux. Suite du roulage, intense pour certains, mode tourisme pour d'autres. Retour au château. Soirée de Gala à nouveau cocktail mais précédé de la remise des cadeaux avant un passage obligatoire façon festival de Cannes devant Cyril, notre caméraman professionnel. Dîner...tirages au sort des nombreux cadeaux offerts par MODENA SPORTS FERRARI TOULOUSE, ceux donnés par nos 3 artistes Eric, Patrick et @vincenzo13. Et une vente aux enchères endiablée suit pour un Scudetto Ferrari ( fait mains ) magnifique remporté par Olivier ( @askim2 ). @mimix prend ensuite les commandes de sa table de mixage et anime la fin soirée histoire pour certains de se défouler...quelle santé!! Le dimanche 19, 2 groupes . Le premier part à Brignoles pour démarrer les essais et les qualifs de la compétition de Karting de l'après midi. L'autre groupe roule vers le château Font du Broc pour une visite puis une dégustation et des achats à la cave du domaine. Regroupement pour le Cocktail Déjeunatoire à la bonne franquette au circuit de Brignoles. Nous avons assisté à une course à couteaux tirés entre les " carbone 14 " " les " chauves " " les reporters" SFC Corsa ", les " jujubes "...les perdants n'avaient pas les bons Karts...bien sûr ! Le dernier verre, les bisous du départ, heureux et tristes à la fois tout le monde est reparti la tête encore dans les étoiles. Je me suis régalé. Vous aussi je crois. FIN DU FILM.
  36. 7 points
    C'était les dernières photos Je vous partage une petite anecdote bien sympathique. Tout d'abord, rappel de principe du Ferrarissimo. Les gens payent 25 € et bénéficient d'un baptême de 2 tours de circuit. Ils attendent leur tour en faisant la queue et lorsqu'une voiture libre arrive, ils prennent place. Donc tu ne choisis pas la voiture dans laquelle tu veux monter, c'est aléatoire. J'étais tranquillement en train de discuter avec des pilotes, j'avais fini une session de 3 baptêmes depuis 20 mn et je me décide d'aller boire un café. Pour cela il faut franchir les barrières et passer au milieu de la foule. C'est là qu'une femme avec son gamin d'à peine 15 ans m'interpelle un peu confuse et me demande si je suis bien le propriétaire de l'Aventador. Je lui répond oui et elle m'explique que ça fait plus d'un mois que son fils rêve de son 1er Ferrarissimo et donc de sa 1ère expérience en tant que passager dans une véritable supercar. Et là en regardant un peu mieux la tête du jeune passionné, limite en pleure, je venais de comprendre ! Ses parents lui avaient offert son 1er baptême mais il est tombé sur ... la Taycan turbo s, la seule voiture électrique du plateau. Le drame ! La maman me demande si j'accepterai de lui faire un baptême en Aventador. Je lui explique que c'est pas moi qui décide l'ordre, que c'est aléatoire. Mais au vue de la gentillesse et de la détresse de cette famille, je leur ai dit d'aller chercher un ticket, je m'occupe d'emprunter un casque aux organisateurs et je l'emmène avec moi faire son baptême. Je vous laisse imaginer leur joie. Je lui ai fait faire 3 tours, le gamin a pu vivre son rêve. Une bonne heure après j'ai recroisé la famille tout exciter et tout sourire en me voyant qui était resté exprès pour me remercier. Je pense que le jeune s'en rappellera toute sa vie, tout comme ses parents
  37. 6 points
    C'est dommage, j'ai un contact qui vend des sièges pour Modena, mais c'est pour l'arrière
  38. 6 points
    Deux jolis cabriolets en balade, croisés ce weekend vers la dune du Pilat.
  39. 6 points
  40. 6 points
    Hier, enfin un moment et la possibilité de sortir cette Challenge Stradale, quelle auto!!!! La bande son est incroyable!!! IMG_5441.MOV
  41. 6 points
    Bonjour à tous, Et voilà, après de longues hésitations et recherches, je suis devenu l'heureux propriétaire d'une 550 Maranello de 1998, Rosso Corsa, cuir noir et son set de bagages complet d'origine. Nous l'adorons pour sa polyvalence, son confort, son V12 et bien sur la boite 6 avec sa grille ! Devenir propriétaire d'une Ferrari....je ne l'aurais pas cru et pourtant. J'ai eu une Porsche 993 2S, magnifique auto, mais je dois reconnaitre que ce n'est pas comparable à Ferrari, on entre dans une autre dimension, même si de temps à autre je peste contre mes commodos de Punto . Je suis très heureux d'être parmi vous et au plaisir d'échanger. Bien à vous,
  42. 6 points
    Bonjour @PMH29, cela ne se fait pas pour un professionnel de l'automobile de venir poser son annonce sur ce forum sans avoir payé ta contribution à @Franck comme annonceur. De plus tu ne nous mets aucun détail d'hsitorique, d'entretien ou autre que ce qu'il y a déjà sur ton site. tes deux interventions se résument à la présentation de ton officine, d'une recherche de pièces et maintenant cette annonce. Ce n'est pas l'esprit du forum.
  43. 6 points
    Il est plus bon, trop foncé et ternit par la chaleur, sans hésiter envoie les ici : http://www.wrinkle-effect.fr/galerie-auto-wrinkle-effect-peinture-vermiculee-vermiculage.html Voila le résultat sur la 430, du travail exceptionnel :
  44. 6 points
    Ferrari PDF Brochures 365 GTB, 458, 599 GTB, 612, California, F12, F430 & FF
  45. 6 points
  46. 6 points
    Bonjour, Très heureux de participer avec une photo de ma 612 prise lors d'un shooting à Montmartre en octobre dernier, A bientôt
  47. 6 points
  48. 6 points
    HS : c'est marrant, tous les messages d'Oliv, même les plus anodins sont likés, @Oliv tu t'en encore fait un compte fantôme pour exploser ta réputation On t'aime qd même t'as pas besoin de ça @+
  49. 6 points
    Je me joins à mon Ami @camille pour vous remercier tous chaleureusement de votre présence assortie d'une grande convivialité ! Nous sommes très heureux de vous avoir rendu heureux autour de notre passion commune. Forza Ferrarista !
  50. 6 points
    Je suis d'accord avec toi @dragon1964, cette vidéo met en valeur la 296 GTB et l'impression qu'elle doit donner dans la réalité. Je suis d'ailleurs heureux de voir que Ferrari a délaissé le Goldorak/Alien design au profit d'un design plus historique.